Aménagement d'une terrasse : quelle réglementation ?

Vincent Cuzon
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Avoir une terrasse dans son appartement peut être considéré comme un luxe. Néanmoins, les terrasses nécessitent un entretien particulier et sont soumises à une réglementation, notamment en copropriété.

Image
Aménagement d'une terrasse : quelle réglementation ?
Pour aménager votre terrasse, vous ne disposez pas d'une liberté totale. © volgariver
Sommaire

Un cachet supplémentaire pour votre appartement 

En montant dans les étages, la valeur d'un appartement grimpe, particulièrement s'il possède un balcon ou une terrasse. Une terrasse fait croître le prix d’un logement de 5 % à 15 %. D'autre part, si vous souhaitez vendre votre appartement, la présence d'une terrasse permet d'accroître son attractivité.

Pour calculer le prix d’une terrasse de manière précise, il faut diviser sa surface par trois et appliquer le prix au m² de l’appartement. Par contre, si la terrasse est spacieuse, la taille peut être divisée seulement par deux. Néanmoins, les spécialistes de l'immobilier ne pourront affiner leurs estimations de prix qu’à partir de certains critères (environnement, vis-à-vis, exposition...).

Chiffres clés

Une terrasse fait croître le prix d’un logement de 5 % à 15 %.

Terrasse en copropriété : quels sont vos droits ? 

Une terrasse, c'est avant tout un espace extérieur situé au-dessus de l'appartement du dessous, principale différence avec un balcon. Les terrasses sont d’ailleurs très souvent perçues comme des parties communes dont le propriétaire bénéficie d'une jouissance exclusive. Elles ne sont néanmoins pas privatives et les droits du copropriétaire qui en bénéficie sont limités.

Bon à savoir

Le règlement de copropriété est la référence obligatoire pour toute incertitude ou tout litige. Pour toute installation sur votre terrasse (barbecue, abris, piscine,…), il faudra obligatoirement avoir formulé cette demande avant la prochaine assemblée générale. D’autre part, le vote se fera à la majorité.

Comment êtes-vous protégés en cas de litige ? 

En cas de problèmes rencontrés après la livraison d'un immeuble, l'assurance « dommages-ouvrage » entre en scène. Elle offre une indemnité qui permet de payer les travaux de réparation, sans franchise et sans attendre la découverte des responsables. Elle est obligatoire et doit être souscrite par tout Maître d'ouvrage. 

La garantie décennale est également appliquée pendant dix ans. Qu'il soit un professionnel ou un simple particulier, le constructeur est responsable des dommages qui compromettent la solidité de l’ouvrage ou le rendent impropre à sa destination. Ainsi, si vous rencontrez un défaut d’isolation thermique (humidité, condensation,…) ou encore une infiltration d'eau due à un défaut d'étanchéité, les travaux seront pris en charge par la garantie décennale. 

Les points clés à retenir

  • Une terrasse permet de faire grimper la valeur d'un appartement de 5 % à 15 %.
  • Pour aménager votre terrasse, vous devrez formuler une demande avant la prochaine assemblé générale de votre immeuble.
  • En cas de problèmes rencontrés à la livraison d'un immeuble, vous êtes protégés par l'assurance « dommages-ouvrage »  et la garantie décennale. 
Cet article vous a été utile ?
1
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Performance énergétique
Réglementations
Un carnet d'information du logement (CIL) est établi en cas de construction ou de rénovation d’un logement, afin de faciliter et d'accompagner les travaux d'amélioration de la performance énergétique...
Image
L'obligation de débroussailler devra apparaître dans les annonces immobilières à compter du 1er janvier 2025. © egon69 - Getty images
Réglementations
À partir du 1 er janvier 2025, une nouvelle réglementation imposera aux annonces immobilières de mentionner explicitement l'obligation de débroussaillage, en fonction de l'emplacement du bien. Cette...