Qu'est-ce qu'une maison mitoyenne ?

15 sep 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Vous souhaitez investir dans une maison mitoyenne ? Mais vous vous demandez si ce logement saura répondre à vos attentes ? Voici quelques informations utiles pour vous aider à prendre votre décision.

Image
Maisons mitoyennes
La maison est dite mitoyenne lorsqu'elle partage un ou plusieurs murs communs avec les maisons voisines. ©ah_fotobox

Sommaire

Maison mitoyenne : définition

Une maison est dite mitoyenne lorsqu'elle possède un ou plusieurs murs communs avec des habitations adjacentes. Ce type de construction présente, dans la majorité des cas, une façade avant donnant sur la rue et une façade arrière débouchant sur un espace extérieur privatif.

Autre particularité non négligeable : les maisons mitoyennes peuvent être regroupées au sein d’un lotissement en copropriété. Cette solution permet de profiter des avantages de la gestion et de l'entretien des parties communes par le syndicat des copropriétaires. Enfin, il arrive fréquemment que les maisons mitoyennes adoptent la même architecture et le même plan (forme carrée ou rectangulaire), un logement pouvant être le miroir de l’autre.

Maison mitoyenne et maison jumelée : quelle différence ?

Les maisons mitoyennes partagent un ou deux pans entiers avec les bâtiments voisins. A contrario, les maisons jumelées s'appuient l'une contre l'autre sans partager le même mur. Ces habitations aux façades identiques sont généralement construites côte à côte, sur un même terrain. Elles peuvent parfois être bâties sur une dalle commune. Parmi les maisons jumelées les plus connues figurent le cottage et le duplex.

Maison mitoyenne : que dit la loi ?

Si vous souhaitez faire l’acquisition d'une maison mitoyenne, vous devez connaître la législation à ce sujet. Notez que la mitoyenneté est une forme de copropriété strictement réglementée par les articles 653 à 673 du Code civil. Le législateur prévoit notamment que :

  • Les murs qui séparent deux propriétés contiguës (bâtiments, cours, jardins, enclos) sont présumés mitoyens.
  • L'entretien, les réparations et la reconstruction d'un mur mitoyen incombent aux deux propriétaires. Ces opérations doivent se faire d'un commun accord.
  • Tout copropriétaire d’un mur mitoyen peut procéder à sa surélévation, à condition que ledit ouvrage soit en état de supporter l'exhaussement. Celui qui engage les travaux supporte seul les frais et la partie surélevée est considérée comme privative.
  • Aucune ouverture (portes, fenêtres) ne peut être pratiquée dans un mur mitoyen sans l'accord du voisin.
  • Le propriétaire qui démolit son immeuble doit effectuer les travaux d'imperméabilisation du mur mitoyen subsistant, désormais soumis sans protection aux intempéries.

Chaque voisin est responsable des dégradations qu’il cause au mur et doit assumer seul la réparation des dommages. En cas de litige, le tribunal peut condamner le voisin irrespectueux.

Maison mitoyenne : les inconvénients

Les maisons mitoyennes présentent quelques inconvénients qu'il convient de connaître.

Une luminosité moindre par rapport à une maison quatre façades

Une maison mitoyenne, surtout si elle est intercalée entre deux habitations, ne bénéficie pas autant d’ensoleillement qu’une maison individuelle avec des ouvertures de tous les côtés. Pour contourner ce manque de lumière naturelle, différentes solutions s'offrent à vous, allant du réaménagement intérieur général à l'ouverture des espaces en passant par la surélévation de la maison, si l’ossature du bâtiment le permet.

Un risque de nuisances sonores plus élevé

La maison mitoyenne peut être bruyante si elle n’est pas bien insonorisée. Cela est d'autant plus vrai lorsque les pièces voisines correspondent au séjour, à la salle à manger ou à la cuisine. Sachez cependant, qu'il est possible de pallier ce désagrément en faisant appel à un acousticien. Ce spécialiste de l'isolation phonique des bâtiments saura diagnostiquer votre habitation et vous proposer les solutions techniques adéquates pour isoler votre mur mitoyen du bruit.

Un manque d'intimité

Qui dit maison mitoyenne dit également jardin mitoyen. Les espaces extérieurs étant accolés, il peut être difficile de profiter d’un bain de soleil sans être gêné par la présence des voisins. Pour rester à l'abri des regards indiscrets, vous pouvez planter des végétaux en haies (arbustes à feuillage persistant, plantes grimpantes, etc.), poser une palissade ou installer un brise vue.

Maison mitoyenne : les avantages

En dépit de ces inconvénients, la maison mitoyenne présente de nombreux avantages qui en font une solution intéressante pour l'acquisition d'une première propriété.

Un prix d'achat inférieur à la maison individuelle

À surface et à quartier identiques, les maisons mitoyennes sont souvent moins chères à l'achat que les villas à quatre façades. Ce coût d'acquisition moins élevé impacte les taxes locales qui sont généralement plus basses.

Une consommation énergétique plus économique

En raison de leur configuration, les maisons mitoyennes sont moins exposées aux conditions climatiques difficiles comme le vent ou le froid. Grâce à leur mur commun, elles profitent également de la chaleur émise par les maisons voisines. Ce type de logement permet donc de limiter les déperditions thermiques et de réaliser des économies d’énergie en été comme en hiver.

Un plus grand niveau de sécurité

La proximité entre voisins due à la mitoyenneté d’un bien immobilier représente un gage de sécurité en cas d’absence. Votre maison n'étant pas isolée, il est plus difficile pour des voleurs de forcer la fenêtre ou la porte de votre logement sans risquer d’être vu par un voisin. Bien entendu, les risques d’effraction et de cambriolage ne sont pas nuls, mais ils sont minimes comparés à des habitations indépendantes.

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !