Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Confinement : puis-je faire reporter mes échéances de crédit immobilier ?

Confinement : puis-je faire reporter mes échéances de crédit immobilier ?

Avec le confinement, de nombreuses personnes craignent de rencontrer des difficultés financières. Dans ce contexte, il est possible de solliciter votre banque pour demander un report des échéances de crédit immobilier, ou encore une modularité.

Confinement : puis-je faire reporter mes échéances de crédit immobilier ?

Sommaire

Vous pouvez reporter vos échéances de crédit immobilier

Si vous craignez de ne pouvoir faire face au remboursement de votre crédit immobilier à cause du confinement, du chômage technique ou des difficultés financières de votre entreprise, vous pouvez parfaitement contacter votre banque pour déposer une demande de report des échéances de crédit immobilier. « Certains établissements prévoient dans les offres de prêt cette option : il est alors possible de suspendre ses échéances au bout de 24 mois de remboursement, pour une durée de 1 à 12 mois, en une ou plusieurs fois », précise Sandrine Allonier, responsable des relations banques pour Vousfinancer.com. Les conditions pour reporter les échéances sont variables d’une banque à l’autre, il vous faut donc contacter la vôtre pour connaître ses conditions. Si vous peinez à obtenir quelqu’un au téléphone ou par mail, commencez par reprendre le contrat de prêt et relisez-le du début à la fin pour consulter cette clause.

Bon à savoir

Même en cas de report des échéances, vous poursuivez le paiement de l’assurance emprunteur, et souvent, les intérêts d’emprunt également.

Autre option : la modularité du crédit immobilier

Comme alternative au report des échéances, vous pouvez également demander de les moduler, c’est-à-dire de baisser les échéances de 10 à 30 % par mois selon les cas. Une clause doit également apparaître dans votre contrat de prêt, pensez donc à le lire pour en connaître les modalités. Cette baisse des échéances est inscrite dans le contrat mais soumise à conditions, car il ne faut pas que cela rallonge trop longuement la durée de remboursement : par exemple, il peut être inscrit que la modularité des échéances ne doit pas conduire à plus de 2 ans supplémentaires. De plus, la baisse des échéances est toujours effectuée sur plusieurs mois, un an minimum le plus souvent, et non pour 2 ou 3 mois de difficultés.

Le coût d’une suspension d’échéances de prêt

Si la suspension d’échéances risque de se répandre auprès des emprunteurs, il n’en reste pas moins que cette option a un coût, car le report génère des intérêts supplémentaires. Sandrine Allonier donne l’exemple d’un prêt de 200 000 € à 1,5 % sur 20 ans souscrit il y a 2 ans : dans ce cas de figure, suspendre la mensualité de 965 € pendant 3 mois allonge la durée totale du prêt de 4 ans, ce qui représente un surcoût de 1 000 €. De plus, notez que les banques ne proposent pas toutes habituellement la suspension d’échéances, mais d’après Sandrine Allonier, « même si votre banque ne propose pas cette option, elle pourra tout de même accepter un report temporaire dans cette situation particulière, car son objectif est d’assurer la continuité du remboursement du crédit pour éviter que celui-ci ne passe en créance douteuse ou défaut de paiement. Certaines banques, qui avaient prévu cette clause, sont même en train d’assouplir les conditions de report pour accompagner au mieux leurs clients ».

Bon à savoir

Les banques risquent de ne plus accorder de nouveaux crédits dans les semaines à venir pour que le personnel puisse traiter les dossiers déjà en cours. Cela va entraîner un allongement des délais d’obtention des crédits immobiliers.

Plus de conseils :