Dans le IIe lyonnais, les biens d’exception peuvent être vendus en à peine deux jours

Dans le IIe lyonnais, les biens d’exception peuvent être vendus en à peine deux jours

Incollable sur tout ce qui touche au marché immobilier de l’hyper-centre et du IIe arrondissement de Lyon, Emmanuel Mulotti, gérant de l’agence Muldo Immo, confronte son expertise aux chiffres du baromètre LPI-SeLoger.

SeLoger. Comment va le marché de l’immobilier dans le IIe arrondissement de Lyon ?

Emmanuel Mulotti. Il se porte très bien. Si les produits sont bien placés et qu’ils sont proposés à des prix cohérents, il y a de la demande.

Quelles sont les spécificités du IIe arrondissement lyonnais ?

E.M. Il s’agit d’un secteur idéalement placé – dans l’hyper-centre de Lyon -  qui présente un attrait indéniable auprès des acquéreurs. Sont particulièrement recherchés les biens situés dans un périmètre qui s’étend de la place Carnot jusqu’à l’église Saint-Nizier. On peut découper le IIe lyonnais en deux quartiers bien distincts. Le premier va de la place Carnot jusqu’à la place Bellecour, entre la Saône et le Rhône. C’est un secteur très familial, bien fréquenté, calme et agréable. On y trouve également toutes les commodités et notamment de nombreux commerces de bouche. Le second comprend toute la partie située entre la place Bellecour et l’église Saint-Nizier. On y trouve aussi de très beaux immeubles mais également beaucoup de magasins. Et shopping oblige, c’est un quartier relativement animé le week-end.

Le IIe arrondissement de Lyon fait partie des secteurs les plus recherchés ».

Emmanuel Mulotti, gérant de Muldo Immo.

On entend souvent dire du IIe arrondissement de Lyon qu’il est « chic et cher ». Vous confirmez ?

E.M. « Chic et cher » ? Disons qu’il est vrai qu’à Lyon, certains secteurs sont effectivement plus prisés que d’autres. Et il se trouve que le IIe arrondissement fait partie des secteurs les plus recherchés. D’où un certain niveau de prix. Mais cela vaut aussi pour le VIe arrondissement qui est également très bien coté. Ici, le IIe et le VIe sont en quelque sorte l’équivalent lyonnais des beaux quartiers parisiens : triangle d’or, avenue Montaigne, XVIe arrondissement, etc. Pour en revenir au IIe arrondissement, plutôt que de se limiter à dire qu’il est « chic et cher », je dirais plutôt qu’il est agréable et bien fréquenté. Avec de beaux immeubles anciens.

Quels sont les prix pratiqués dans le IIe lyonnais ?

E.M. C’est toujours délicat de donner une fourchette de prix au m². Dans une même, rue voire dans un même immeuble, deux biens offrant des prestations différentes afficheront des prix différents. Mais pour vous donner un ordre d’idée, dans le IIe arrondissement de Lyon, il faut compter entre 4 000 et 5 000 € du m². Mais pour un bel appartement disposant d’un balcon et d’une belle vue, par exemple, le prix au m² atteindra – voire dépassera – les 6 000 €. À l’inverse, un bien de qualité médiocre situé dans un immeuble où des travaux importants seraient à prévoir affichera un prix au m² bien en-dessous des 4 000 €. Enfin, il faut préciser que plus la surface de l’appartement sera grande, moins le prix au m² sera important.

Quelle somme faut-il débourser en moyenne pour devenir propriétaire d’un appartement d’une centaine de m² dans le IIe arrondissement de Lyon ?

E.M. Encore une fois, cela dépendra des prestations non seulement de l’appartement en lui-même mais également de l’immeuble, de l’étage, de la vue, de la présence ou non d’un ascenseur, etc. Mais disons que ça oscillera entre 400 000 et 500 000 €. En revanche, pour un bien exceptionnel, le prix pourra être plus élevé. Et inversement. Si un appartement est situé dans le IIe lyonnais mais que son état laisse à désirer, que les communs sont à refaire ou que la façade de l’immeuble est très détériorée, alors on sera en-dessous de 400 000 €. L’offre doit être cohérente avec l’état du bien, sa localisation et la réalité du marché. Que ce soit à Lyon ou dans n’importe quelle ville de France, s’il est proposé à son juste prix, un produit trouvera preneur dans un délai raisonnable. En revanche, s’il est surcoté, ça sera plus compliqué. À moins qu’il ne dispose d’un « plus » comme une vue absolument imprenable, par exemple.

Il faut compter entre 4 000 et 5 000 € du m² ».

 Les appartements au juste prix partent en 1 mois.

Quels sont les biens les plus demandés ?

E.M. De la petite surface très prisée par les investisseurs au grand appartement familial convoité par les couples avec enfants, tous les biens sont recherchés dans le IIe lyonnais. La demande est largement supérieure à l’offre.

Dans le IIe lyonnais, combien de temps un bien met-il à se vendre, en moyenne ?

E.M. S’il est bien placé et qu’il est vendu à son juste prix, un appartement trouvera preneur en un peu moins d’un mois. Mais certains biens d’exception restent très peu de temps sur le marché et partent en à peine deux jours !

Quelle serait la rue la plus recherchée du IIe lyonnais ?

E.M. Les « quais de Saône » sont très prisés. Selon la qualité du bien, on pourra dépasser les 5 000 € du m².

Dans le quartier industriel de la Confluence, de nombreux locaux professionnels sont transformés en locaux d’habitation. Comment évolue ce secteur du IIe arrondissement de Lyon ?

E.M. Le quartier de la Confluence se trouve derrière la place Carnot, après la gare de Lyon-Perrache. C’est un secteur sur lequel je travaille également mais l’évolution y est plus lente que dans le reste du IIe lyonnais. S’il peut attirer des acquéreurs venus d’autres villes, la plupart des Lyonnais ont toutefois tendance à le bouder.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaiterait acheter un appartement dans le IIe lyonnais ?

E.M. De ne pas se poser trop de questions. C’est un arrondissement très demandé. Et beaucoup d’acquéreurs potentiels oublient bien souvent que l’appartement idéal n’existe pas.

Chiffres clés

  • À Lyon, le prix au m² signé d’un appartement ancien est de 3 882 € en moyenne.
  • Sur un an, le prix au m² dans le IIe arrondissement de Lyon a vu sa cote augmenter de 7,3 %.
  • Dans le IIe arrondissement de Lyon, le m² se négocie aux alentours de 4 906 €. (Source : Baromètre LPI-SeLoger).

Le Baromètre des prix immobiliers LPI-SeLoger juin 2015

© LPI-SeLoger juin 2015

Seloger est noté 7,1/10 selon 270 avis clients Avis-Vérifiés