Rechercher un article

Dijon : faute de biens à vendre, le prix immobilier s'envole de plus de 5 % !

Dijon : faute de biens à vendre, le prix immobilier s'envole de plus de 5 % !

À Dijon, la hausse du prix des logements accélère encore ! Alors qu’elle se limitait à + 3 % sur 1 an jusqu’à cet été, voilà que l‘augmentation du prix de l’immobilier dijonnais engrange plus de 5 % de gain.

En cours de chargement...

À Dijon, le prix de l’immobilier passe à la vitesse supérieure : 2 582€/m²

À l’instar de Bordeaux, Dijon est parfois surnommée la Belle Endormie. Seulement voilà, si le marché bordelais pique effectivement ce qui pourrait s’apparenter à un roupillon (après avoir énormément progressé, le prix du m² à Bordeaux perd du terrain !), force est de constater que le marché dijonnais s’est bel et bien réveillé ! Car comme le relève Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, « à Dijon, les prix immobiliers progressent de plus de 5 % sur 1 an, contre 3 % jusqu’au milieu de l’été ». Le baromètre LPI-SeLoger nous apprend, en effet, que la cote de l’immobilier à Dijon progresse de 5,1 % sur les douze derniers mois. Cette tendance haussière contraste fortement avec ce qui se passe dans la plupart des grandes villes (Paris, Nice, Strasbourg) où l’on constate que « le rythme de progression des prix dans l’ancien ralentit depuis le début de l’année ».

Bon à savoir

En France, les prix des logements anciens enregistrent 4,4 % de hausse sur les douze derniers mois (Source : LPI-SeLoger).

Faute de logements, le marché immobilier est de plus en plus tendu

Bien qu’ils progressent fortement (+ 5,1 % sur 1 an), les prix des logements dans la Capitale des Ducs de Bourgogne demeurent financièrement accessibles. « À Dijon, nous avons la chance de bénéficier d’un cadre de vie agréable et d'un prix de l"immobilier cohérent » fait remarquer Romain Cartier, spécialiste du marché immobilier dijonnais et membre de la team d'experts de Recherche Appartement ou Maison (M6), aux côtés de Stéphane Plaza. Pour devenir propriétaire dans de l’ancien dijonnais, comptez, en moyenne, 2 582 € du m². Pour autant, si les prix à Dijon restent abordables, la demande se renforce et la durée d’occupation des logements s’allonge, réduisant le taux de rotation et faisant se tendre considérablement le marché immobilier.

À Dijon, les primo-accédants privilégient les T3

Comme nous venons de le voir, le marché de l’immobilier dijonnais est plus tendu qu’il ne l’a jamais été, avec un rapport de force qui tourne clairement à l’avantage des vendeurs. Et pour cause, le nombre d’acheteurs augmente, les durées de commercialisation raccourcissent, le taux de logements vacants fait du rase-mottes et les stocks de logements disponibles tendent à s’épuiser. « À Dijon, nous travaillons à flux tendu en permanence » explique précise Romain Cartier. « Nous devons actuellement faire face à un manque considérable de logements ». Il est d’ailleurs intéressant de constater que « les primo-accédants ciblent principalement les T3 du centre-ville et des alentours » et si leur budget le leur permet, les acquéreurs rechercheront les maisons situées dans les secteurs prisés que sont l’ouest et le nord de Dijon.

Bon à savoir

À Dijon, le prix moyen d’un logement – dans l’ancien – est de 218 342 € (Source : SeLoger).

Victor-Hugo et Monchapet : des valeurs sûres

S’il y a deux quartiers de Dijon dont l’attractivité ne se dément pas au fil des années, ce sont bien Victor-Hugo et Montchapet. « Sont également prisés des secteurs comme Marmuzot, Carrières-Bacquin  ou encore Parc qui sont calmes tout en étant proches du centre-ville de Dijon » indique Romain Cartier « On y trouve de très belles maisons du début du siècle dernier ». Dans les quartiers les plus recherchés de Dijon, les prix peuvent aller de 2 500 à 4 000, voire 5 000 €/m² ». En revanche, dans des secteurs moins cotés, comme Fontaine-d’Ouche, les charges – élevées – des copropriétés des années 70 tendent à rebuter les vendeurs et cela en dépit de prix à l’achat qui peuvent démarrer aux alentours de 1 000 € du m².

Combien devez-vous gagner pour acheter à Dijon ?

  • Prix du bien (hors frais de notaire et d'agence) : 218 342 € (Source : SeLoger) 
  • Montant total de l'acquisition (frais de notaire et d'agence inclus) : 249 978 
  • Mensualité du crédit sur 20 ans : 1 253​​ € (au taux - hors assurance - de 1,25 %)
  • Revenu minimal : environ 3 759 € par mois.

Quels sont les prix des logements en périphérie de Dijon ?

Commune Prix au m²
Talant 2 409 €
Chevigny-Saint-Sauveur 2 309 €
Quetigny 2 289 €
Chenôve 2 021 €
Longvic 2 000 €

Un marché locatif dijonnais dynamique : 12€/m²

Si Dijon est une ville où il fait bon vivre, c'est aussi une ville où il fait bon investir. Jugez plutôt, dans la Cité des Ducs, ce sont quelque 35 000 étudiants (et autant de locataires potentiels !) que l'on recense. Les investisseurs immobiliers peuvent ainsi compter non seulement sur une forte demande locative mais aussi sur des prix de vente raisonnables et des prix au m² à la location à Dijon tout à fait corrects. 

Bon à savoir
  • En Côte-d'Or, le loyer moyen (charges comprises) d'une location est de 620 €.