Immobilier : les marges de négociation n'ont jamais été aussi basses !

Au rythme où elles décrochent, il va bientôt falloir lancer un avis de recherche si l’on veut retrouver la trace des marges de négociation. Éléments d’explication.

Des marges de négociation qui font décidément profil (très !) bas

Les chiffres compilés par le baromètre LPI-SeLoger sont formels. Sur le marché des maisons comme sur celui des appartements, les marges de négociation sont descendues tellement bas qu’elles auraient leur place dans La Folie Des Profondeurs, le documentaire mis en boîte par le commandant Cousteau. Les raisons de la ténuité des ristournes concédées par les vendeurs de maisons aux acheteurs sont à chercher, d’une part, du côté du « ralentissement de la hausse des prix affichés qui se renforce au fil des mois » et d’autre part, dans « la fragilité de la demande » qui conduit les vendeurs à revoir leurs prétentions - pourtant déjà empruntes de modestie - à la baisse. Voilà pourquoi l’écart entre le prix indiqué dans l’annonce et le prix constaté au jour de la signature du compromis se réduit comme peau de chagrin…

Bon à savoir

  • En France, tous logements confondus, la marge de négociation avoisine 4,1 % du prix de vente affiché.
  • Pour une maison, la réduction constatée atteint 4,6 % du prix demandé.
  • Pour un appartement, la marge de négociation tombe à 3,6 %.

En Midi-Pyrénées, la marge de négociation plafonne à 1,3 %

Dans certaines régions, les marges, qui ont été enregistrées, sont encore plus basses que celles ayant été relevés à l’échelle du pays, lesquelles, nous l’avons vu, flirtent actuellement avec le plancher des vaches… Pour l’achat d’un appartement, la réduction dont pourra bénéficier l’acheteur plafonnera à 1,3 % du prix affiché en Midi-Pyrénées et elle sera à peine plus élevée (1,9 %) en Aquitaine.

prix immobilier negocier france

En Auvergne, les marges de négociation font de la résistance

Globalement, nous l’avons vu, la baisse des prix affichés, conjuguée à une demande fragile de logements, a pour effet de se faire se resserrer les marges de négociation. Contre toute attente, dans certaines régions de France, les ristournes pouvant être décrochées par les acheteurs restent relativement conséquentes. C’est le cas en Auvergne (7 % sur le prix affiché des maisons) mais aussi en Bretagne (5,4 % pour les maisons et 5,5 % pour les appartements) et en Champagne-Ardenne (9,1 % sur le prix des maisons et 6,6 % sur celui des appartements).

Le top 5 des régions où les prix des appartements sont le moins négociés

Région Marge
Midi-Pyrénées 1,3 %
Aquitaine 1,9 %
Auvergne 2,2 %
Rhône-Alpes 2,6 %
Île-de-France 3 %