La hausse du prix de l'immobilier à Lyon, c'est fini !

L’escalade des prix des logements lyonnais aurait-elle cessé ? Alors qu’il n’avait de cesse d’augmenter, voilà que sur les trois derniers mois, le prix de l’immobilier recule de 3,2 %. Aujourd’hui, la tension semble bien être retombée…

Au cours des trois derniers mois, les prix immobiliers reculent de 3,2 %

Après s’être envolés, les prix immobiliers à Lyon semblent être en train de retomber. D’après les chiffres recueillis par le baromètre LPI-SeLoger, dans la Capitale des Gaules, les prix des logements anciens accusent une baisse au trimestre de 3,2 %. Lors de la publication du précédent baromètre, les prix lyonnais reculaient déjà de 1 % sur la même période et il faut remonter au baromètre LPI-SeLoger du mois d’août pour faire état d’une hausse trimestrielle du prix de l’immobilier lyonnais. Pour autant, cet essoufflement de la fièvre haussière des prix des logements - au trimestre - dans la « ville lumière » ne se retrouve pas dans la forte poussée qu’ils enregistrent sur les douze derniers mois. Jugez plutôt, à Lyon, dans l’immobilier ancien, les prix augmentent de 9,2 %. Sur la même période, c’est moins que Bordeaux (+ 12,7 %) mais c’est mieux que Paris (+ 6,7 %).

Bon à savoir

  • En France, un logement ancien coûte 3 864 € du m².
  • À Lyon, un appartement coûte 4 576 €.

Dans le Ier (Presqu’île, Croix-Rousse), les prix immobiliers explosent (+ 13,5 %)

Dans celle que l’on surnomme la Ville aux Deux Collines, ce sont aujourd’hui 100 % des arrondissements qui voient le prix de leur immobilier augmenter sur l’année et dans 4 arrondissements sur 9 (les Ier, IIe, IVe et IXe), la hausse annuelle dépasse les 10 %. La plus forte progression a été enregistrée dans le Ier lyonnais (Croix-Rousse, Presqu’île, Croix-Paquet, Saint-Vincent). De la rue Adamoli à la montée de Vauzières, en passant par la place Croix-Paquet et le petite rue des Feuillants, un appartement coûte ainsi 13,5 % plus cher qu’il y a un an. Dans le IXe arrondissement de Lyon (Vaise, Gorge-de-Loup, la Duchère), la hausse des prix immobiliers se chiffre à 12,1 %. Enfin, avec un gain de 3,1 %, le VIIIe lyonnais (le Bachut, Monplaisir, Mermoz) affiche la plus petite hausse annuelle.

Prix immobilier arrondissement_lyon octobre

Toujours plus de 6 000 € du m² dans le IIe lyonnais

Stratosphériques ! C’est l’adjectif qui vient à l’esprit lorsque l’on se penche sur le niveau qu’ont atteint les prix immobiliers dans le - chiquissime - IIe arrondissement de Lyon : Cordeliers, Ainay, Bellecour, Perrache, Sainte-Blandine). De la place Bellecour au cours Suchet, en passant par la place Antonin-Poncet et le cours de Verdun, le moindre m² coûte 6 196 €. Les prix restent également élevés dans le VIe lyonnais (les Brotteaux, Cité Internationale, Bellecombe), avec un prix au m² qui avoisine les 5 698 €. Pour trouver des prix moins élevés, c’est dans le VIIIe arrondissement qu’il est préférable d'orienter sa recherche immobilière.

Une marge de négociation qui tourne autour de 2,6 % du prix de vente

S’il est proposé à un prix qui ne correspond pas au marché immobilier local, un logement lyonnais peut faire l’objet d’une négociation. D’après les données recueillies par le baromètre-LPI, la marge de négociation pour un appartement dans la Capitale des Gaules avoisine 2,6 % du prix de vente affiché dans l’annonce immobilière. Pour une maison, cette marge atteint 3,8 %.

Indicateur immobilier lyon octobre

Le top 5 des arrondissements les plus chers de Lyon

Arrondissement Prix au m²
IIe 6 196 €
VIe 5 698 €
Ier 5 423 €
IVe 4 742 €
IIIe 4 563 €