Les prix ralentissent encore mais le marché immobilier se redresse !

Alors que le rythme annuel de progression du prix de l’immobilier ancien continue de ralentir et la marge de négociation de reculer, voilà que les ventes progressent ! Éléments d’explication.

Le ralentissement du prix de l’immobilier ancien s’installe : + 3,4 %

Selon les données récoltées par le baromètre LPI-SeLoger, le ralentissement de la hausse des prix immobiliers dans l’ancien se confirme. La hausse annuelle des prix des logements anciens se limite, en effet, à 3,4 % alors qu’elle atteignait 3,8 % en 2018, à la même période de l’année. Il n'y a qu’à jeter un coup d’œil à l’évolution des prix dans les grandes villes pour s’en convaincre, car comme le fait remarquer Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, « le ralentissement de la hausse des prix est maintenant général ». À Lyon (+ 5,9 %), par exemple, les prix progressent deux fois moins qu’il y a un an et à Bordeaux, la hausse annuelle (+ 3,9 %) est quatre fois moins rapide qu’en 2018, à la même époque !

prix logement metropole france mai seloger

Les prix immobiliers signés en France

  • Dans l’ancien, comptez 3 321 €/m².     
  • Un appartement coûte 3 610 €/m².
  • Pour une maison, comptez 3 011 €/m². 

La demande saisonnière booste les prix des maisons : + 2,5 %

Parce qu’il est cyclique, le marché immobilier voit s’alterner les phases de hausse et de baisse des prix des logements. Beaucoup de familles cherchant à déménager pendant les grandes vacances, on constate traditionnellement un pic des signatures de compromis de vente entre les mois d’avril et de juin. Rien d’étonnant, donc, à ce que sur les trois derniers mois, les prix des maisons (3 011 € du m²) augmentent de 2,5 % et de 2,1 % en ce qui concerne les prix affichés. Sur les appartements, force est toutefois de constater que la hausse trimestrielle est « plus contenue », avec un gain se limitant à 0,8 %. Pour autant, ce sursaut saisonnier (+ 1,5 %) sur les trois derniers mois ne saurait faire oublier que la tendance du résidentiel reste au ralentissement du prix de vente.

prix immobilier france mai seloger

Le marché immobilier relève la tête : + 3,1 %

Les chiffres recueillis par le baromètre LPI-SeLoger sont formels : au cours des trois derniers mois, le volume des transactions immobilières a progressé de 3,1 % dans l’ancien. En clair, le marché immobilier français se redresse. L’origine de ce come-back (digne d’un Rocky Balboa à la dernière reprise !) est à chercher du côté des banques dont les conditions d’octroi des prêts ont été considérablement (et salutairement !) assouplies. En effet, comme l’explique Michel Mouillart, « en abaissant les taux d’apport personnel à des niveaux jamais connus par le passé, les établissements bancaires ont permis à des ménages jeunes, modestes et/ou faiblement dotés en épargne préalable de réaliser leurs projets immobiliers ».

marché immobilier france ancien seloger mai

Les marges de négociation perdent encore du terrain : elles tombent à 4 %

Traditionnellement, plus il y a de biens à vendre sur le marché, plus les acheteurs - qui n’ont alors que l’embarras du choix - se retrouvent en position de force pour négocier. À l’inverse, et comme le fait remarquer Michel Mouillart, « alors que la pénurie de biens à acquérir se répand, les acheteurs préfèrent ne pas négocier les prix affichés, renonçant même - en partie - à leur pouvoir de négociation ». Pourquoi ? Parce qu’en négociant trop fortement, le bien, qu’ils convoitent, risquerait de leur passer sous le nez… Les vendeurs n’hésitant plus, de leur côté, à « calibrer au plus juste » les prix des logements, les marges de négociation tombent à 4 %. Sur le marché des appartements, les marges de négociation n’ont même jamais été aussi ténues : 3,5 % du prix de vente indiqué dans l’annonce immobilière. 

marge negociation france mai seloger

La marge de négociation en France

  • Tous logements confondus : 4 %.
  • Pour une maison : 4,6 % du prix de vente. 
  • Pour un appartement : 3,5 %.