Lyon : + 3 % sur les prix en 3 mois

Lyon : + 3 % sur les prix en 3 mois

Au cours du dernier trimestre, Lyon a vu les prix (affichés mais aussi signés) de ses appartements progresser. Arrondissement par arrondissement, le baromètre LPI-SeLoger fait le point sur le marché de l’immobilier lyonnais.

La tendance récente est haussière

À Lyon comme dans la moitié des grandes villes de province, les chiffres de ces trois derniers mois sont bons. Dans l’ancienne capitale des Gaules, la progression a été de 3 % sur le prix au m² « affiché » des appartements et de 2 % sur leur prix « signé », c’est à dire constaté au jour de la signature du compromis.

Le marché se réveille (…) et les prix (…) augmentent (…) de façon sensible ».

Michel Mouillart, Professeur d’Économie à l’Université de Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger.

Cette hausse récente s’explique notamment par la sortie de récession que connaît actuellement le marché de l’immobilier mais aussi par l’ambition retrouvée des vendeurs qui, comme le constate Michel Mouillart « relèvent leurs exigences en termes de prix » ainsi que par des conditions de crédit très favorables.

Sur l’année, le bilan lyonnais est moins bon…

Si l’on étudie les chiffres sur l’année qui vient de s’écouler, on s’aperçoit que le prix au m² affiché a certes gagné 0,4 % mais que dans le même temps, le prix signé chutait, quant à lui, de 0,1 %. En comparaison de certaines villes telles que Brest, Le Mans, Limoges ou encore Nîmes où la baisse dépasse 7 %, force est tout de même de constater que Lyon s’en tire plutôt bien.

Le quartier des Cordeliers gagne 6,2 %

C’est le IIe arrondissement lyonnais (Cordeliers, Ainay, Sainte-Blandine, La Confluence) qui réalise la meilleure progression avec un gain de 6,2 % au m² signé sur les douze derniers mois. Mais d’autres arrondissements voient aussi le prix de leurs appartements progresser. Il s’agit du IIIe arrondissement (Moncey, la Part-Dieu, la Villette, Montchat, le Dauphiné, Grange Blanche, Préfecture) et du VIe (Cité Internationale, Bellecombe, Foch, les Brotteaux) avec des hausses respectives de 1,2 et 0,4 %.

Chiffre clé

À Lyon, le prix au m² d’un appartement dans l’ancien est de 3 848 € environ (Source : Baromètre LPI-SeLoger).

Plus des 2/3 des arrondissements sont à la baisse

Dans sept arrondissements sur les neuf que compte Lyon, la tendance sur les douze derniers mois est toutefois baissière. Du IVe arrondissement (La Croix-Rousse, Serin-Saint-Charles, Le Clos Jouve) qui perd 0,2 % au Ve (Vieux Lyon, Fourvière, Saint-Irénée, Le Point Du Jour) qui enregistre une baisse de 2,5 % en passant par le VIIe (la Mouche, la Guillotière, Jean Macé, Gerland, Saint-André) où ce sont 1,5 % qui ont été perdus, le prix au m² est en diminution… Mais avec un maximum de 2,5 %, les pertes enregistrées restent largement pondérées.

Les points clés à retenir

  • Sur le dernier trimestre, la tendance est à la hausse (+ 3 % sur le prix au m² affiché et + 2 % sur le prix signé).
  • Pour ce qui est de l’année qui vient de écouler, les prix signés des appartements lyonnais ont perdu 0,1 % (mais ils ont gagné 0,4 % au prix au m² affiché).
  • La plus forte hausse a été signée par le IIe arrondissement qui gagne 6,2 %.
  • Sur les douze derniers mois, une baisse est constatée dans plus des 2/3 des arrondissements à Lyon.

Baromètre des prix immobiliers LPI-SeLoger mai 2015

© Baromètre LPI-SeLoger juin 2015