Effet Brexit : +75 % d'annonces immobilières consultées depuis l'Angleterre

Le Brexit devrait se concrétiser le 29 mars prochain et il semblerait bien que cet événement soit bénéfique au marché français. A Paris, le nombre d’annonces immobilières consultées depuis le Royaume-Uni a augmenté de 75 % sur les 3 derniers mois.

Immobilier : la France est la grande gagnante du Brexit !

Plus l’heure du Brexit approche, plus il semble évident que cet événement aura un impact considérable sur le marché immobilier français. En effet, alors que le Brexit est officiellement prévu pour le 29 mars prochain, de plus en plus de Britanniques, mais également d’expatriés français ou encore de ressortissants d'autres pays européens, cherchent déjà à rejoindre l’Hexagone, avant même que la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne ne soit actée. Ainsi, chez SeLoger, au quatrième trimestre 2018, nous avons pu constater une hausse exceptionnelle du nombre d’annonces consultées en ligne depuis le Royaume-Uni. Ce sont les marchés immobiliers franciliens et parisiens qui profitent le plus de cet « effet Brexit ». Ainsi, pour les logements situés en Île-de-France, on peut constater une hausse de 17 % des visites en provenance du Royaume-Uni. Dans la capitale, la hausse des visites atteint même 75 %. Nous avons également pu constater une progression similaire dans d’autres régions françaises, notamment en PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur) et surtout dans le Nord-Pas-de-Calais.

L'Île-de-France est la région qui profite le plus de « l’effet Brexit »

Localisation Part d'annonces visualisées depuis le Royaume-Uni
Île-de-France 55 %
Autres régions 45 %

Brexit : le grand retour des expatriés français en Île-de-France

Cette appétence des Britanniques pour l’immobilier français peut notamment s’expliquer par leur peur de voir les transactions immobilières en France se compliquer après la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Précisons que 55 % des annonces visualisées par les visiteurs du Royaume-Uni sont situées en Île-de-France. De son côté, Paris représente 28 % des annonces immobilières consultées depuis l'Angleterre. Ces chiffres peuvent s’expliquer par le retour anticipé de nombreux expatriés français, cherchant à quitter la « City » pour rejoindre La Défense ou les autres quartiers d’affaires de la région parisienne, avant que le Brexit soit mis en place. Les chiffres de SeLoger font totalement écho à une récente étude de Barnes, qui constatait un « phénomène migratoire vers la France » sur le marché de l’immobilier de prestige, suite au vote des Britanniques. Ainsi, au 2e semestre 2018, 5 à 10 % des ventes de logements de luxe réalisées dans les quartiers centraux se sont faites auprès de Français qui rentrent de Londres et d’Européens de Londres qui s’installent à Paris.

Chiffres clés

55 % des annonces immobilières visualisées depuis le Royaume-Uni concernent des logements situés en Île-de-France et 28 % des biens situés à Paris.