Isabelle Larochette : « En aidant les étudiants, nous leur donneront aussi envie d’aider les autres plus tard »

Blandine Rochelle 02 fév 2024
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

La Fondation I Loge You soutient les actions en faveur du mieux logement et collabore avec SeLoger pour rénover des passoires thermiques détenues par des propriétaires aux revenus modestes, qui proposeront ensuite leur logement en bail solidaire à des étudiants précaires. Isabelle Larochette, fondatrice de I Loge You, nous explique les actions menées par la fondation ainsi que les contours du Pacte du Logement en collaboration avec SeLoger.

Image
Jeune femme devant son ordinateur
"Les étudiants rencontrent de grandes difficultés pour se loger et vivre correctement." Isabelle Larochette
Sommaire

Bonjour Isabelle, pouvez-vous donner un aperçu des missions et objectifs de la Fondation I Loge You ?

Isabelle Larochette. Les statuts de la Fondation I Loge You sont sous l’égide de la Fondation de France. Ses missions consistent à collecter des dons auprès de professionnels de l’immobilier, qu’il s’agisse d’agents immobiliers, de médias, de constructeurs et tous types d’entreprises qui ont trait à l’habitat. L’objectif premier, c’est de collaborer au « mieux logement », de redonner un peu à ceux qui ne peuvent pas se loger. La Fondation I Loge You a également des critères spécifiques, à savoir qu’elle ne finance rien d’abstrait, elle n’intervient que pour des missions concrètes. Par exemple, elle ne finance pas d’accompagnement mais peut financer des travaux, de la rénovation, des meubles pour des aménagements. Chacun apporte sa brique à l’édifice et il est capital pour nous d’assurer la traçabilité des dons.

Quel a été le catalyseur de la création de cette fondation ?

I.L. Au départ, mon association s’appelait « Agence Solidarité Logement » et elle existe toujours. La Fondation I Loge You est arrivée dans un second temps. J’habitais près du canal Saint Martin il y a quelques années, et l’acteur Augustin Legrand avait convié tous les sans-abris de l’Île-de-France à s’installer le long du canal, dans leurs tentes. J’ai voulu savoir qui étaient ces sans-abris, et j’ai été bouleversée de constater qu’il s’agissait notamment de jeunes actifs isolés, de personnes âgées qui n’avaient plus les moyens de faire face à leurs charges avec leur retraite, de personnes qui avaient été confrontées à des accidents de vie comme le deuil, le licenciement, et qui ont dégringolé. J’ai réalisé alors à quel point notre monde était très vulnérable et que ce problème de logement pouvait toucher absolument tout le monde.

Pouvez-vous partager quelques-uns des projets emblématiques que la Fondation I Loge You a soutenus jusqu’à présent ?

I.L. Nous pouvons financer des projets de rénovation sur des biens privés, mais mis à la disposition du public, et nos actions peuvent toucher un public vaste. L’une des actions qui m’a le plus marquée, c’est notamment la rénovation du pavillon du village d’enfants, qui s’adresse aux enfants retirés à leurs familles pour cause de maltraitance. Une autre opération marquante, c’est la rénovation d’un EHPAD dans un petit village dans lequel le maire avait vendu pour un euro symbolique l’ancienne école du village à une foncière qui aménageait des appartements solidaires pour les personnes âgées. Souvent, ces personnes vivaient dans des logements vétustes, et ce projet visait à réduire leurs charges liées au logement, mais également à renforcer la cohésion, car l’EHPAD disposait d’une partie commune.

« Le mal logement, c’est un spectre très large et personne n’est épargné. Et ce problème s’accentue de plus en plus et touche un public de plus en plus vaste. »

Isabelle Larochette

La pénurie de logements pour les étudiants est un problème croissant. Pouvez-vous nous expliquer comment la Fondation I Loge You aborde cette question ?

I.L. Notre cheval de bataille cette année, ce sont les étudiants, car leur situation est dramatique. Ce sont ceux qui feront l’économie de demain, et nous devons aider nos jeunes à étudier dans de bonnes conditions. Actuellement, 90 % des étudiants vivent avec moins de 1 000 € par mois, et ils n’ont que 100 € de reste à vivre, ce qui est insuffisant, notamment pour se nourrir. Et ces jeunes s’isolent. Il est difficile de trouver des témoignages car ils ont trop honte de parler de leur situation, nous devons donc aller au-devant de leurs problèmes. Le logement représentant le plus gros poste de dépenses, les étudiants rencontrent de grandes difficultés pour se loger et vivre correctement.

Lorsque nous venons en aide à des jeunes, je suis persuadée que nous les encourageons également à aider les autres plus tard. Nous apportons de l’aide mais nous transmettons aussi des valeurs.

Y a-t-il un lien entre le problème associé aux passoires thermiques et à la précarité énergétique, et le mal logement des étudiants ?

I.L. Absolument, car les obligations de performances énergétiques permettant de louer un appartement aujourd’hui sont de plus en plus rigoureuses, et de nombreux propriétaires ne peuvent tout simplement plus louer leur appartement. Cela engendre un nombre en baisse d’appartements disponibles pour les étudiants dont le budget logement est également restreint. Donc nous avons d’un côté des propriétaires qui ne peuvent pas réaliser de travaux et qui essaient de vendre leur bien, en sachant que les passoires thermiques se vendent mal. Et de l’autre, nous observons une offre locative de plus en plus restreinte et donc des jeunes en grande difficulté. Il y a donc un lien de cause à effet qui est flagrant et qui aggrave la situation des étudiants.

Pouvez-vous nous parler du « Pacte du Logement » en partenariat avec SeLoger ?

I.L. Nous travaillons avec SeLoger pour une action en faveur des étudiants, et cette belle initiative permet de pallier deux problèmes différents, à savoir le mal logement des étudiants et la précarité énergétique.

De nouvelles mesures ont été mises en place pour lutter contre les passoires thermiques, et les propriétaires doivent effectuer les travaux nécessaires pour rendre leur appartement décent. Mais le problème, c’est que les diagnostics et les délais imposés deviennent difficiles à aborder pour certains propriétaires qui sont financièrement dans l’incapacité de rénover leur appartement. L’idée du Pacte du Logement, c’est de commencer par aider des propriétaires à travers les dons et le financement apporté par SeLoger. Mais également d'impliquer et de fédérer des acteurs du milieu ou en lien avec les étudiants afin de créer un cercle vertueux autour du mieux-logement. Dans un second temps, nous souhaitons aider des étudiants précaires à se loger, car les propriétaires sélectionnés devront, en contrepartie du financement de leurs travaux, proposer un bail solidaire pour louer à des étudiants en difficulté.

« À la Fondation I Loge You, nous ne parlons pas de " mal logement " mais de " mieux logement " pour tous, car nous ne voulons pas assombrir davantage la situation : nous sommes tournés vers les initiatives positives et nous donnons envie aux professionnels de nous aider pour aller vers une meilleure situation. »

Isabelle Larochette

Déposez votre annonce de location sur SeLoger
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !