3 minutes pour tout comprendre à la rénovation globale en 2023

Quentin Gres 28 mai 2023
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

La rénovation globale consiste à améliorer les performances énergétiques des points stratégiques d'un logement dans sa globalité. Des aides financières peuvent être accordées sous certaines conditions. Quels travaux sont concernés ? Comment les exécuter ? Quelles sont les aides disponibles ? On vous dit tout.

Image
Une isolation de combles
Rénovation énergétique : le moment est venu de penser global. © Fokussiert
Sommaire

C’est quoi, une rénovation globale ?

Avec les nouvelles normes en vigueur concernant les DPE et la lutte contre les « passoires thermiques », de nombreux propriétaires doivent réaliser certains travaux de rénovation énergétique s'ils veulent pouvoir proposer leur logement à la location ou mieux vendre leur bien.

L'État a donc mis en place plusieurs dispositifs d'aide financière pour les encourager à effectuer ce type de travaux.

Contrairement aux travaux ponctuels, une rénovation globale consiste à réaliser l'ensemble des travaux nécessaires pour améliorer les performances énergétiques d'un logement.

Cette réalisation va permettre de profiter d'une économie d'énergie, sur le long terme, nettement supérieure au coût engendré par la réalisation de travaux ponctuels. En effet, le fait d'installer une pompe à chaleur seule, par exemple, n'aura qu'un d'effet bénéfique limité sur la consommation s'il existe une forte déperdition de chaleur au niveau des fenêtres ou de l'isolation. Par contre, le fait de rénover, en même temps, tous les points faibles du logement permettra d'obtenir une amélioration optimale des performances énergétiques.

L’audit énergétique : un allié précieux

Pour qu'une rénovation globale puisse être vraiment efficace, il est indispensable de savoir d'où proviennent les déperditions de chaleur. C’est le but d’un audit énergétique.

Ce diagnostic permet alors d'identifier précisément les différents points faibles d'un logement et de savoir quels postes de travaux sont à entreprendre en priorité pour réaliser des économies d’énergie.

Il faut savoir que dans le cadre d'une rénovation globale, un audit énergétique n'est pas obligatoire si le propriétaire finance lui-même le chantier. En revanche, un audit énergétique est obligatoire pour bénéficier des subventions de l'État.

Par ailleurs, l'audit énergétique est également obligatoire, depuis le 1er avril 2023, en cas de vente d'un bien immobilier dont l'étiquette du DPE affiche F ou G.

Rénovation globale : quels sont les travaux concernés ?

L’isolation thermique

L'isolation thermique d'un logement est la première source de déperdition de chaleur, c'est donc la première étape d'une rénovation globale.

Les postes d'un logement représentants le plus de déperdition thermique sont :

  • les combles (toit) : 30 %,
  • les murs : 20 %,
  • les fenêtres : 15 %. 

La ventilation

Un système de ventilation d’une maison ou d’un appartement permet :

  • d'évacuer l'humidité,
  • de renouveler l'air ambiant,
  • de réguler la température.

Une mauvaise ventilation peut causer l'apparition de condensation et de moisissures. L’installation d’une VMC double flux, par exemple, pourra permettre de faire une économie d’énergie de 15 %.

Le système de chauffage

Ce n'est qu'après avoir équipé le logement d'une isolation thermique et d'une ventilation performante que vous pourrez investir dans un système de chauffage optimal. Il existe sur le marché des systèmes très économiques qui fonctionnent avec des énergies renouvelables :

  • pompe à chaleur,
  • chaudière à gaz à condensation,
  • poêle à granulés ou à bois...

Le système de production d’eau chaude sanitaire

Certains systèmes classiques de production d'eau chaude sanitaire peuvent être très énergivores. Le fait d'investir dans un système peu gourmand en énergie ou qui utilise de l'énergie renouvelable permet aussi de faire des économies non négligeables (ballon thermodynamique, chauffe-eau solaire…).

Quelles sont les aides financières pour une rénovation globale ?

La prime Coup de Pouce

Pour bénéficier de la prime Coup de Pouce, les bouquets de travaux réalisés doivent permettre une baisse de la consommation énergétique d'au moins 55 % pour les maisons individuelles et d'au moins 35 % pour les bâtiments collectifs (copropriétés).

Cette aide est aussi accessible aux personnes ayant des revenus modestes, et les montants attribués sont calculés en euros par Mégawatt-heure (MWh) et dépendent de la consommation annuelle d'énergie primaire après les travaux.

MaPrimeRénov’

MaPrimeRénov’ et MaprimeRénov’ Sérénité sont deux subventions attribuées, par l'État, aux propriétaires ayant pour projet la rénovation globale de leur résidence principale. Pour l'obtenir, les travaux doivent générer une économie énergétique de 35 % minimum.

Les montants de l'aide dépendent des revenus des foyers et du bouquet effectué. MaPrimeRénov’ Sérénité est réservée aux propriétaires ayant des revenus modestes ou très modestes alors que MaPrimeRénov’ concerne les propriétaires aux revenus intermédiaires ou supérieurs.

Une prime supplémentaire peut également être attribuée à un logement dont l'étiquette énergétique affiche A ou B, après travaux. Il s'agit du bonus BBC (Bâtiment Basse Consommation).

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-PTZ est un prêt classique dont le taux d'intérêt est nul. Il est réservé pour les travaux de rénovation énergétique. Pour en bénéficier, le coût des travaux ne doit pas dépasser 50 000 € pour une rénovation globale.

Estimez gratuitement votre bien en 2 min
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Isolation thermique - SeLoger
Rénovation énergétique
La loi Climat et Résilience, vous avez beau en entendre (beaucoup) parler, vous n’y comprenez toujours pas grand-chose. Pour vous aider à mieux appréhender cette loi incontournable, on fait le point...