10 priorités, 65 idées... Retrouvez le Manifeste pour le logement et l'immobilier avec SeLoger.

« Le mal logement et la précarité énergétique concernent 12 millions de personnes »

23 mar 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Isabelle Larochette, présidente de la fondation I Loge You, nous détaille les enjeux du mal-logement, qui s’est renforcé depuis la crise sanitaire, dans le podcast de SeLoger, l’immobilier décrypté.

Image
Isabelle Larocchette
Isabelle Larochette, présidente de la fondation I Loge You, revient sur la question du mal-logement, au micro de SeLoger. © DR

Depuis le début de la crise sanitaire, le mal-logement s'est-il aggravé en France et qui en sont les victimes ?

On le sait, le covid n’a fait qu’amplifier et aggraver le mal-logement en France. Si l’on regarde le rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal-logement, on voit que l’on est passé à un stade encore inimaginable il y a quelques années, alors que l’on était déjà en grande difficulté.

8 millions de personnes sont actuellement concernées par le mal-logement, mais si on y ajoute la précarité énergétique on atteint des chiffres fous : près de 12 millions de personnes. Cela touche autant des jeunes, que des enfants et des familles, car quand on se retrouve à quatre dans un studio, c’est compliqué de vivre. Il y a aussi nos aînés, qui en souffrent de plus en plus. 

Nous sommes à la veille des élections présidentielles et personne n’en parle. Certains vont même jusqu’à dire qu’il faut supprimer les logements sociaux donc on marche sur la tête ! Mais si on regarde les autres candidats, il n’y a pas de propositions majeures pour trouver des solutions.

Que peut-on faire pour aider à combattre le mal logement ?

Il faut se tourner vers les politiques et leur dire de construire plus. Il faut garder en tête que les nouvelles normes pour lutter contre la précarité énergétique (RE2020, DPE…) ont eu un coût supplémentaire pour le secteur de la construction. De plus, les confinements ont ralenti les permis de construire et les chantiers…

Aujourd’hui, il faut repenser l’habitat social et l’habitat des primo-accédants, mais aussi solliciter le parc privé car les logements sociaux c’est une chose, mais il y a beaucoup de logements vacants dans le parc privé. Il faut inciter les bailleurs à louer ces logements, peut être avec de la défiscalisation ou des loyers bas, en tout cas apporter des avantages aux propriétaires pour que tout le monde contribue à loger tout le monde.

Le gouvernement a décidé de lutter contre les passoires thermiques et cela a déjà un impact sur leur prix ! 

Quelle est la mission d’I Loge You ?

I Loge You, c’est la première fondation qui rassemble les professionnels de l’immobilier autour du mieux logement, c'est-à-dire essayer d’apporter des solutions et mettre en avant des personnes qui mettent déjà en place des solutions pour améliorer l’habitat. Il y a plein d’associations qui ont des idées géniales pour aider nos personnes âgées ou pour aider à reconstruire en milieu rural… 

Mais nous agissons surtout à travers la journée solidarité logement, qui est notre point d’orgue chaque année. C’est l’occasion pour nous d’appeler toute la profession, et je pense que c’est légitime qu’ils le fassent, à reverser des dons pour nous aider à épauler les associations qui œuvrent sur le terrain contre le mal-logement. 

On peut être fier de nous car nous avons aidé à ce jour plus de 56 associations, nous avons tous les ans de nouveaux partenaires… Et puis les professionnels prennent petit à petit conscience qu’il faut contribuer en apportant des solutions, et également en suggérant à nos politiques ces solutions. Alors nous sommes une petite goutte dans une grande mer, mais nous sommes heureux de faire ce travail. 

Si un particulier veut nous aider, il suffit d’aller sur le site de la fondation et de faire un don. On nous pose souvent la question pour faire du bénévolat, mais nous agissons vraiment en tant que support financier pour des associations qui, elles, sont dans l’action. On va aider des associations qui en ont besoin, pas faire du bénévolat.

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils

A la une !