« A Strasbourg, le quartier de l’Orangerie est très recherché par les acheteurs »

15 mar 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Les acquéreurs sont nombreux à rechercher un bien autour du centre-ville strasbourgeois et tout particulièrement dans le quartier de l'Orangerie. Catherine Chevreux, directrice de l’agence Immobilière Catherine Chevreux, nous éclaire sur ce marché immobilier prisé.

Image
« A Strasbourg, le quartier de l’Orangerie est très recherché par les acheteurs »
Les acquéreurs sont nombreux à rechercher un bien autour du centre-ville strasbourgeois. © Interior Design – Shuttterstock

Quels sont les secteurs plébiscités par les acquéreurs sur Strasbourg ?

Les quartiers de l’Orangerie, des jardins de l’Observatoire et des Contades sont très recherchés. Ce sont des zones limitrophes au centre-ville. Le secteur ouest de Strasbourg, d’Oberhausbergen à Kochersberg, est également très prisé par les familles souhaitant résider en périphérie de Strasbourg.

Quels sont les biens les plus recherchés dans ces quartiers ?

Tout dépend du type de clientèle et du secteur concerné. En règle générale, les jeunes couples privilégient les appartements de 4 pièces, de 100 à 120 m². Les acquéreurs de plus de 40 ans avec enfants, quant à eux, recherchent plutôt des biens entre 180 et 250 m². À proximité du parc de L’Orangerie ou du jardin de l’Observatoire, la demande est forte sur les villas des années 1950 avec des jardins de 200 à 220 m² ainsi que les hôtels particuliers de caractère. Enfin, dans le secteur ouest de Strasbourg, les acquéreurs plébiscitent les propriétés contemporaines ou typiques de la région édifiées sur de spacieux terrains.

« Il faut prévoir entre 2 à 3 semaines pour obtenir une offre d’achat dans ces quartiers prisés »

Catherine Chevreux, directrice de l’agence Immobilière Catherine Chevreux, à Strasbourg

Et quels sont les principaux critères de recherche pour l’achat d’un appartement sur le secteur ?

Les acquéreurs privilégient la localisation et les prestations offertes par le logement parmi lesquelles l’étage, la présence d’une terrasse, d’une vue ou encore d’un garage. Ils sont également très attentifs à la qualité des matériaux, au niveau d’entretien de la copropriété ainsi qu’au voisinage.

Comment se porte le marché immobilier dans votre secteur d’activité en ces temps de crise sanitaire ?

Le secteur a toujours été et demeure très dynamique et convoité. Les produits disponibles à la vente sont rares et la demande des potentiels acheteurs est bien supérieure à l’offre. Il reste une valeur sûre en termes d’investissement patrimonial, car les prix immobiliers à Strasbourg n’ont jamais baissé, bien au contraire.

Quelles sont les répercussions de la crise sanitaire sur le marché immobilier local ?

Elles sont de plusieurs ordres. Tout d’abord, nous observons une baisse des mutations professionnelles sur la dernière année, ce qui engendre une diminution des biens disponibles à la vente. En revanche, certains acheteurs ont entrepris des démarches afin d’améliorer leur confort de vie en achetant des biens plus spacieux avec une vue dégagée. Le besoin d’extérieur comme le souhait d’avoir un jardin ou une terrasse est également très marqué. Nous avons bénéficié cette année de nombreuses transactions avec des Parisiens qui souhaitent accéder à une qualité de vie plus agréable en province, à des biens plus spacieux avec des extérieurs, à des tarifs plus abordables qu’en région parisienne. Pour finir, le panel d’investisseurs s’est également élargi. L’immobilier reste une valeur refuge, les projets d’investissement ne ciblent plus principalement les petites surfaces, mais désormais des logements de 4 à 5 pièces, voire des immeubles vendus en bloc. Pour finir, les biens sur le marché ne suffisent pas pour répondre à la demande croissante des acheteurs, ce qui explique une augmentation des tarifs en vigueur.

Les prix ont-ils évolué ces derniers mois dans ces quartiers prisés ?

Depuis le printemps 2020, les produits à la vente sont encore plus rares et cela se traduit par une hausse significative des prix. La fourchette des prix est assez large dans ces secteurs strasbourgeois. Les prix immobiliers varient selon l’emplacement et les prestations comme le niveau des finitions, la taille des pièces de réception, le nombre de salles d’eau, la présence d’une terrasse, d’un ascenseur, d’un garage.

Combien de temps faut-il pour vendre un bien dans votre secteur d’activité ?

De manière générale, il faut prévoir un délai de 2 à 3 semaines pour obtenir une offre. Actuellement, quelques jours peuvent suffire compte tenu de la pénurie de biens. Généralement, les acheteurs ont déjà établi leur montage financier avant leur première visite et se décident rapidement. En revanche, les délais entre la signature du compromis et de l’acte authentique de vente se sont allongés. Un délai de trois à quatre mois est à prévoir entre la signature du mandat de vente et celle de l’acte authentique.

« La pénurie de l’offre actuelle se traduit par une hausse des prix dans notre secteur d’activité »

Catherine Chevreux, directrice d'agence Immobilière

Comment se porte le marché locatif ?

Ce dernier est bouleversé par la crise sanitaire. De nombreux appartements loués jusqu’à présent en Airbnb ont été transférés en location meublée longue durée. L’offre est donc très large et les prix des loyers à Strasbourg ont tendance à baisser. Cela est d’autant plus vrai pour les studios et les deux-pièces que les étudiants ont dû quitter. Concernant les logements destinés aux familles, les loyers restent stables pour le moment et il y a très peu de mouvements.

Quel conseil délivreriez-vous à une personne intéressée par un achat dans ces secteurs privilégiés ?

Il est conseillé aux futurs acheteurs de constituer le montage financier lié à leur acquisition avant d’effectuer les premières visites. Face à la pénurie de biens disponibles, les acquéreurs sont en effet nombreux et les vendeurs privilégient les offres accompagnées d’un solide plan de financement.

Comment va évoluer le marché immobilier sur votre secteur d’activité dans les prochains mois ?

Il y a tout lieu d’être positif pour l’avenir du marché. Malgré cette période particulière, pour le moment, le niveau d’affaires est très bon et la demande en augmentation croissante.

Pouvez-vous nous présenter votre agence ?

Nous sommes implantés dans le quartier de l’Orangerie, un secteur strasbourgeois qui comprend de nombreuses habitations bourgeoises et abrite les ambassades ainsi que les institutions européennes. Nous intervenons sur ce secteur, celui des Quinze, du parc de l’Observatoire, des Contades, de la Robertsau, du centre-ville et de la Petite France. Nous couvrons également l’ouest de Strasbourg, Mittelhausbergen, Oberhausbergen, Mundolsheim jusque dans le Kochersberg. Nous proposons une grande variété de biens à notre clientèle, de la chambre de bonne à la maison de maître. Nous proposons un véritable suivi personnalisé à l’ensemble de nos clients, quelle que soit leur recherche immobilière.

Image portrait
Image
Catherine Chevreux, Directrice d'agence Immobilière
Agence Immobilière Catherine Chevreux, Quartier Orangerie 28 Allée de la Robertsau, 67000 Strasbourg
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

A la une !