« À Metz, le quartier de la nouvelle gare est en train de se transformer »

24 fév 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Plus de négociation, des délais de transaction records, une pénurie de biens… Guillaume Laveine, directeur général de Jacques Laveine Immobilier, nous explique en quoi le marché immobilier de la ville de Metz subit encore certains effets de la crise sanitaire.

Image
moselle-metz-seloger
Entre l’Allemagne et le Luxembourg, Metz fait partie d’un pôle économique majeur. © Dvoevnore – Shutterstock

Quel est le profil des acquéreurs immobiliers à Metz ?

À vrai dire, ils sont très variés. Nous rencontrons autant de familles d’actifs que de retraités souhaitant retourner en ville pour gagner en confort et ne plus avoir à se déplacer en voiture pour accéder aux différentes commodités. Mais la particularité de notre marché est intrinsèquement liée à la situation géographique très stratégique de Metz : nous nous trouvons à moins de 70 km du Luxembourg et de Sarrebruck à la frontière allemande.

On observe donc que dans notre clientèle d’acheteurs, une proportion de 50 % de nos transactions est réalisée par des salariés luxembourgeois du secteur bancaire, soit 1 achat sur 2 ! C’est un chiffre absolument incroyable, qui apporte la preuve, si besoin était, que le Luxembourg est très cher, voire intouchable. Les actifs, qui le peuvent, ont tous tendance à chercher un bien dans le secteur pour profiter d’une belle qualité de vie ici, tout en ayant la possibilité de se rendre au travail au Luxembourg. Pour eux, c’est la promesse de prix raisonnables, de surfaces plus grandes et lorsqu’ils se tournent vers la campagne, ils peuvent vraiment avoir du terrain et profiter d’un extérieur.

Le prix immobilier à Metz pour une maison est de 2 535 €/m2.

Quelle est l’évolution majeure que connaît actuellement le marché immobilier à Metz ?

À Metz, le quartier de la nouvelle gare était hier plutôt un quartier d’affaires, mais il est en train de se transformer véritablement avec l’apparition de nombreux commerces de bouche, de bars, d’épiceries… Malgré le fait qu’il soit situé en périphérie, les acheteurs souhaitent partir de l’hypercentre de Metz pour avoir accès à tous ces commerces de proximité animant tout un quartier.

Quel lien existe entre l’immobilier et le nouveau visage de l’hypercentre messin ?

L’hypercentre de la ville de Metz est en train de se spécialiser progressivement sur des commerces qui recherchent l’excellence dans leur domaine plutôt que sur l’industriel. Énormément de centres commerciaux périphériques ont fait déserter les particuliers de ce secteur, qui était déjà poussé par des loyers qui n’étaient pas du tout en adéquation avec leur style de vie et surtout leurs revenus. Il est vrai que le secteur de l’immobilier professionnel a un peu changé et que certains quartiers de l’Eurométropole de Metz souffrent plus que d’autres. La ville a, également, joué une carte très importante avec le tourisme. Cela lui a permis de radicalement changer son image.

Dans quelle mesure ce tourisme apporte-t-il de nouvelles perspectives pour les investisseurs ?

Aujourd’hui, on entend parler toutes les langues dans les rues du centre-ville ! Il est clair que la location saisonnière est un phénomène que l’on observe de plus en plus. Ce type d’investissement de courte durée répond à une véritable demande de la part des particuliers. La tendance n’est pas près de s’arrêter du côté des bailleurs comme des loueurs. Les investisseurs gagnent en sécurité avec ce genre de placement, car l’immobilier reste une valeur refuge. Les loueurs quant à eux ont changé leurs habitudes, désormais la location saisonnière est rentrée dans les mœurs.

Image portrait
Image
guillaume-laveine
Guillaume Laveine
Jacques Laveine Immobilier, 7 rue Gambetta, 57000 Metz
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils

A la une !