« À Metz, nous sommes passés d’un marché d’acquéreurs à celui de vendeurs »

24 mar 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Franck Job, directeur général de Maurice Job Immeubles, nous témoigne des deux dernières années de l’activité immobilière à Metz. Le marché s’est progressivement transformé, tandis que les prix grimpent.

Image
centre-ville-metz-seloger
Les immeubles du centre-ville messin sont désertés par les citadins appelés par des villes moyennes du secteur. © Ilolab – Shutterstock

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur le marché immobilier de Metz ?

Nous n’avons pas déploré d’impact négatif de la crise sur le long terme. Ce sont surtout les particuliers qui ont été bousculés dans leur quotidien, dans leur projet et plus globalement dans leur vision de la vie. Cela s’est traduit par une forte volonté de changement, pour laquelle ils se sont mis en recherche de biens avec une pièce supplémentaire pour pouvoir télétravailler. Cet espace leur permet de compartimenter et de bien distinguer la vie professionnelle et la vie personnelle dans leur intérieur, pour gagner en bien-être. Les biens qui présentent des ouvertures sur l’extérieur sont donc aujourd’hui les plus prisés. La demande est très forte sur les maisons, surtout lorsqu’elles sont dotées d’un jardin. D’ailleurs, ce type de bien est celui qui s’est le mieux vendu depuis 2 ans.

Cette forte demande a-t-elle un impact sur les délais de transaction ?

Cela va dépendre des produits. Pour les maisons avec jardin, oui très clairement : ce type de bien trouve preneur en moins d’une à deux semaines. Sinon pour le reste, il faut compter en général entre 3 et 6 mois.

Le prix au mètre carré à Metz est de 2 413 €.

Vous avez des exemples de prix de biens à Metz ?

Dernièrement, nous avons vendu, en moins de deux semaines, un T2 dans le quartier de la Gare pour 87 000 €. Pour un 5 pièces de 130 m2 environ, il faut compter une fourchette de 359 000 à 400 000 € selon les quartiers.

Quel conseil donneriez-vous à une personne ayant le projet d’acheter ou d’investir à Metz ?

De ne surtout pas trop tarder ! Les taux d’intérêt vont progressivement grimper, la tendance est d’ailleurs déjà en marche depuis la fin d’année 2021. De plus, les prix immobiliers ont pris 19 % en 1 an alors il ne faut plus attendre et chercher la bonne opportunité. Les conditions d’octroi des prêts se resserrent en raison des pratiques mêmes des banques. Elles accordent facilement les financements dans un premier temps avant de revenir en arrière, ce qui ne facilite pas les choses.

Quel est le profil des acquéreurs ?

Nous ne rencontrons pas vraiment de profil type, chaque particulier est unique de même que sa situation. La seule tendance que nous pouvons remarquer, c’est que nous sommes amenés à accompagner beaucoup plus d’investisseurs et de primo-accédants que d’autres profils dans les quartiers de la nouvelle ville.

Quel a été le bilan de 2021 et qu’entrevoyez-vous pour 2022 ?

En un an, nous sommes passés d’un marché d’acquéreurs à un marché de vendeurs. Le marché a été extrêmement dynamique toute l’année et les ventes ont été très rapides. Nous commençons 2022 avec le même positivisme : Metz est une ville moyenne en pleine expansion. Elle va continuer à se développer et à proposer de belles opportunités pour une grande variété de profils. De plus, elle ne se trouve qu’à 80 minutes en train de la capitale. C’est un atout certain qui va participer à son développement dans les années à venir.

Image portrait
Image
Franck Job
Franck Job
Maurice Job Immeubles, 30 avenue de Nancy, 57000 Metz
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils

A la une !