« La colocation seniors est une alternative au maintien à domicile et aux résidences »

08 aoû 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Pour la plupart des gens, « colocation » rime avec « jeunes étudiants ». Pourtant, elle peut aussi rimer avec « seniors », grâce à Maxime Sauvanet, fondateur des Pénates, une solution de vie pour seniors autonomes. Il nous explique les avantages de cette colocation méconnue dans le podcast de SeLoger, l’immobilier décrypté.

Image
colocation entre seniors
La colocation entre seniors permet de vivre en autonomie mais sans risque d'isolement. © AnnaStills

Qu’est-ce que les Pénates ?

Les Pénates, c’est une solution de colocation avec des services pour seniors autonomes. On se veut une alternative au maintien à domicile et aux grandes résidences seniors. J’ai créé les Pénates, il y a deux ans, en mars 2020 et nous avons ouvert notre première maison, il y a 15 jours dans le Tarn.

D’où vous est venue cette idée ?

Il y a eu plusieurs chemins de réflexion… Tout d’abord j’ai discuté avec mes parents, qui arrivent à la retraite, à propos de ce qu’il se passerait si l’un des deux décédait ou devait être placé en maison médicalisée. Ils se voient mal rester chez eux car ce sont des personnes très actives, qui ont toujours vécu avec du monde, fait des activités comme aller au musée, au cinéma etc. Donc ils ne sont pas habitués à ne rien faire et ils ne se voyaient pas non plus dans des grands complexes, qui sont certes sécurisés et bien pensés mais où il n’y a pas beaucoup de fédération entre les habitants car chacun reste chez soi. 

À force de discuter avec eux et leurs amis, je me suis rendu compte qu’il manquait un entre-deux, quelque chose qui serait proche du maintien à domicile mais sans être seul, donc la colocation. J’ai regardé ce qui se faisait dans les pays alentours, surtout dans les pays scandinaves qui sont à la pointe des nouvelles tendances sociétales et de comportement… Or il s’est avéré que la colocation entre seniors est très démocratisée là-bas. En France, il y a quelques initiatives, qui sont souvent des épiphénomènes portés par des particuliers, des associations ou des mairies, mais il n’y a pas de marques ou de réseaux qui développent ce maillage au niveau national. J’ai donc couplé cette idée avec mes quelques connaissances en immobilier, les planètes se sont alignées et j’ai pu me lancer !

Quels services proposent les résidences des Pénates ?

Tout d’abord, il faut préciser que chacun dispose de son espace privatif avec chambre, salle de bains, sanitaires et aussi kitchenette car il faut avoir son intimité. En revanche, comme dans une colocation classique, les colocataires partagent de grands espaces communs mais aussi certains services. On peut avoir des animations qui proposent des activités afin que tout le monde, dans la colocation, participe (même si ce n’est bien évidemment pas obligatoire) pour fédérer les habitants. Ces activités sont construites autour des centres d’intérêts de chacun, donc, par exemple, des cours de cuisine si vous êtes un peu épicurien, mais aussi des cours de danse, de sport, de langue… On dispose d'une palette assez variée. Elle est encadrée par une gouvernante-animatrice présente 30 heures par semaine et dont le rôle est de s’assurer que tout le monde s’entend bien et régler d’éventuels conflits.

De plus, cette personne est formée sur la détection de signaux de fragilité, car on accueille des personnes autonomes mais il faut rester attentifs en cas de début de dépendance, qui peuvent arriver. Cela nous permet d’anticiper auprès des seniors et de leurs familles, mais aussi de repousser au maximum la perte d’autonomie puis de trouver un habitat qui soit plus adapté si le senior n’est plus autonome. Pour que la vie soit plus douce, on a aussi enlevé les contraires liés à la tenue d’un logement. On s’occupe donc du ménage (dans les parties communes comme privatives), du linge et de la blanchisserie, ainsi que de l’entretien des jardins car on a la chance d’avoir des grands terrains de 2 000 m², en moyenne. 

Choisir la colocation entre seniors avec les Pénates coûte à peu près autant qu'une résidence seniors classique.

Vivre en colocation seniors avec les Pénates, combien ça coûte ?

On a choisi de mettre en place des maisons à taille humaine, qui accueillent entre 8 et 10 personnes et font 600 à 800m². Le ratio est donc de presque 60 m² par personne, ce qui est très confortable. En termes de prix, il faut compter entre 2 100 et 2 300 € par personne et par mois, sachant qu’il y a 500 € de crédit d’impôt sur le service à la personne : gouvernante, ménage, blanchisserie, etc. Il y a donc un reste à charge de 1 600 à 1 700 € par personne, ce qui est dans les mêmes prix et les mêmes ratios que les résidences seniors. 

Comment devrait évoluer cette forme d’habitat en France ?

Je pense que c’est quelque chose qui va fortement se développer. Les seniors d’aujourd’hui et de demain ne sont pas du tout les mêmes seniors qu’hier, on est sur des personnes issues de la génération 68, qui aiment leur liberté, la vie en communauté, qui veulent avoir accès à la société de loisirs, de culture… Ils veulent prendre leur retraite en main et dans les meilleures conditions possibles : c’est ce qu’on propose chez les Pénates. On voit bien ce début de phénomène qui consiste à ne pas forcément vouloir rester chez soi où il est possible de vite se sentir seul ou isolé, mais sans vouloir non plus aller dans des grands complexes. 

Les Pénates font partie du collectif « Les 150 000 en 2030 ». Pourquoi 150 000 ? Parce que le dernier rapport gouvernemental sur la question estime à 150 000 le nombre de logements nécessaires d’ici 2030 dans l’habitat partagé. 5 000 ont été créés l’an dernier donc l’écart est encore très grand et ces chiffres montrent bien la tendance qui se dessine en France sur l’habitat senior.

En 2020, 26 % de la population avait 60 ans ou plus et ce chiffre devrait atteindre 32 % en 2050 (INSEE). 

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

A la une !