Silence, on tourne ! Les bons tuyaux pour rentabiliser son logement

Laetitia Lapiana
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Tournages de cinéma, clips, films publicitaires, séances photos, séminaires, réunions d’entreprise, événements mondains... Saviez-vous qu’il est possible de louer votre logement à des professionnels pour rentabiliser votre bien, de quelques heures à plusieurs jours... et plus si affinités ? Quelles sont les conditions et les démarches à effectuer ? À quel montant pouvez-vous espérer louer votre logement ? Quid des précautions d’usage ? On vous explique tout.

Image
tournage
Si les tournages de cinéma peuvent rapport (très) gros, il est aussi possible de rentabiliser son logement, en le louant pour quelques heures pour des réunions d'entreprise. ©Getty Images
Sommaire

Une alternative juteuse à la location saisonnière

À l’heure où la location touristique meublée de type « Airbnb » essuie les plâtres des réformes en cours, visant à durcir les règles et à freiner le développement de ce type d’activité, il existe des alternatives très lucratives pour générer des revenus confortables, souvent largement supérieurs à ceux d’une location saisonnière. Alors si vous ne rechignez pas à accueillir des projets aussi divers que variés dans votre nid (maison, appartement...), que vous y voyez l’occasion d’une expérience enrichissante (à tous les niveaux !) et que votre logement répond à certains critères de taille, de standing, voire d’originalité ou de prestige, les bons plans ne manquent pas !

Quelles sont les conditions pour louer son logement ?

Louer son logement à la journée à des professionnels est une perspective des plus alléchantes, mais elle ne doit pas faire oublier quelques conditions indispensables :

  • Être propriétaire de son logement : résidence principale ou secondaire, investissement locatif..., peu importe. Un détail qui a son importance : il doit être équipé d’une connexion Wi-Fi !
  • Bénéficier d’une localisation recherchée (et facilement accessible à des équipes de tournage). Cela signifie le plus souvent à proximité des sociétés de production ou des entreprises, donc dans les grandes villes, comme Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille, Strasbourg, Rennes, Nice... et dans des régions ou secteurs prisés, comme la Bretagne, la Normandie, le Pays Basque, la Côte d’Azur, le Luberon... Les secteurs à forte attraction touristique, avec des « décors » naturels somptueux, sont également prisés.
  • Être prêt à loger ailleurs pendant le temps où vous louez votre bien, notamment s’il s’agit de votre résidence principale et que vous ne disposez pas d’une dépendance ou d'un autre espace indépendant où vous installer pendant ce temps.

Quels sont les biens les plus recherchés ?

Contrairement aux idées reçues, il n’est pas (toujours) nécessaire de posséder un bien d’exception – château, manoir, loft, demeure de prestige... – pour que votre logement tape dans l’œil d’un réalisateur ou d'un autre professionnel du repérage. Cela dépend beaucoup du type de projet visé car, si les entreprises ou les organisateurs d’événements en « grande pompe » sont le plus souvent en quête de lieux haut de gamme, les producteurs du monde de l’audiovisuel et du 7e art peuvent tout à fait rechercher des lieux « passe-partout » pour leurs tournages, selon le scénario du film ou de la série télévisée.

En revanche, la taille du logement est déterminante : quel que soit le type de tournage, il faut disposer d’espaces suffisants pour accueillir les équipes et leur matériel. Pas de règles gravées dans le marbre ici. Votre logement devra généralement bénéficier d’une surface minimale de 120-150 m2, avec un espace de vie d’au moins 40 m2 et la possibilité de circuler facilement entre les différentes pièces... sans oublier une belle hauteur sous plafond, indispensable pour les prises de vues !

Terrasse avec vue à Paris ou rooftop, belle maison avec piscine et vue imprenable, petit paradis vert insolite, jolie ferme en Bourgogne ou en Normandie, pièce de réception aux dimensions et à la décoration hors norme, logement atypique, insolite ou au charme fou... La liste des biens qui cartonnent le plus est longue, mais tout reste possible, selon les différents besoins et projets.

Comment s’y prendre ?

Pas de panique ! Vous n’aurez pas à démarcher vous-même pour proposer votre logement. SnapEvent, We Peps, OfficeRiders... pour les locations momentanées de salles de réunion, à l’heure ou à la journée, et côté agences de repérage pour les tournages (cinéma, télévision, publicité) et les prises de vues : Vingt Mille Lieux, Cinédécors, Elux, Easy Spaces, Mayday, Mires Paris, Répertoire, Scouting Location, Peerspace... Il existe des dizaines d’agences, de sociétés spécialisées et autres plateformes en ligne pour représenter votre bien et jouer les intermédiaires : repérage et inscription de votre bien au catalogue, types d’événements, tarifs, mise en relation avec les professionnels concernés... Si votre bien est retenu, il fera l’objet d’une présentation détaillée avec photos, visites virtuelles, calendrier des disponibilités, conditions d’accueil, tarifs... Un peu comme un Airbnb des affaires et du spectacle, en quelque sorte !

Combien ça rapporte ? Comment déclarer ses revenus ?

Là encore, les tarifs varient sensiblement selon la nature de l’événement. Pour un shooting photo, la prestation oscille entre 800 et 1 500 €/jour, tandis que pour le tournage d’un film ou d’une série TV, la location peut rapporter entre 1 500 et plus de 4 000 €/jour, selon l’originalité ou le caractère exceptionnel des lieux. Pour donner un exemple (qui ne devrait pas concerner beaucoup de propriétaires !), une journée de tournage au château de Versailles est facturée quelque 15 000 euros ! Plus variées, selon la nature et le prestige des lieux, les locations pour des événements professionnels tournent autour de 2 000 €/jour pour un séminaire d’entreprise et de plusieurs centaines d’euros pour la location d’une salle de réunion dans un (grand) appartement en cœur de ville.

Une potentielle manne financière, qui reste tout de même imposable. Les revenus annuels générés par la location de votre logement doivent en effet être déclarés dans la catégorie des revenus fonciers. Une spécificité toutefois : le Code général des impôts prévoit que « les revenus perçus en échange de la mise à disposition d’un local meublé pour le tournage d’un film sont imposables dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux. Cela étant, si cette mise à disposition présente un caractère ponctuel [...], ces revenus demeurent imposables dans la catégorie des revenus fonciers ».

Un bon filon qui peut rapporter gros, à condition de prendre quelques précautions : fixer les termes du contrat pour la location (en mentionnant la prise en charge, et au besoin, des frais de relogement par la société de production) ; établir une convention ou un règlement intérieur listant les lieux autorisés pour le tournage, les horaires des équipes, les consignes de sécurité, les interdictions éventuelles... ; prévoir un état des lieux avant et après la période de location, etc.

Estimez le loyer de votre bien
Cet article vous a été utile ?
0
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Caracol crée des colocations solidaires qui réunissent des jeunes français et étrangers. © Drazen - Adobe Stock
Louer
Caracol est une association créée en 2018, qui a pour objectif d’utiliser les logements vides pour en faire des colocations solidaires, multiculturelles à un prix défiant toute concurrence. Une façon...
Image
La location de résidence secondaire peut être établie pour une courte ou une longue durée. © Davide Angelini - Adobe Stock
Louer
Si vous détenez une résidence secondaire que vous occupez moins de 8 mois dans l’année et que vous souhaitez en retirer des revenus, il est possible de mettre cette résidence secondaire en location...