Le chien de votre voisin aboie sans cesse, quels sont vos recours ?

Morgane Jacquet 25 fév 2016
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

En l’absence de votre voisin, vous êtes constamment dérangé par les aboiements de son chien, sachez que des recours sont possibles, allant même jusqu’à saisir la justice.

Image
Le chien de votre voisin aboie sans cesse, quels sont vos recours ?
On décompte, en France, 7,3 millions de chiens. (Source : Facco/Tns Sofres 2014) © mariiya
Sommaire

Avant toute chose, allez voir votre voisin

Vous vous êtes déplacé pour lui dire de vive voix votre mécontentement, mais rien ne change. Son gentil petit chien n'arrête pas d'aboyer pendant son absence. Envoyez-lui un courrier recommandé avec accusé de réception pour le mettre en demeure de faire cesser le trouble. Joignez au besoin, à votre courrier, diverses plaintes de vos autres voisins importunés également ou un constat d’huissier prouvant vos dires.

Rien ne change.... prenez contact avec le maire de votre commune

Si, malgré vos démarches personnelles, rien n’évolue et les aboiements perdurent, vous pouvez prendre contact avec le maire de votre commune qui peut jouer un rôle de médiateur afin de résoudre à l'amiable le litige. Il lui est possible également, si le chien en question est considéré comme dangereux, d’ordonner que ses maîtres le musellent.

Si le chien fait toujours entendre sa voix, saisissez la justice !

En ultime recours, vous pouvez saisir la justice. Le tribunal compétent est le tribunal d’instance de votre commune. Préalablement, accumulez de nombreuses preuves (constat d’huissier, attestations de témoignage…) et prenez contact avec le greffe du tribunal d’instance. Le juge rendra un jugement sur le fondement des troubles anormaux de voisinage, et ordonnera à votre voisin de faire cesser le trouble, et pourra, s’il le juge nécessaire compte tenu du préjudice subi, le condamner à vous verser des dommages et intérêts.

Bon à savoir

Vous pouvez faire constater le trouble par des officiers de police ou des agents de police municipaux. Le propriétaire du chien récalcitrant est passible d'une amende de 450 €.

Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Le toit est une partie commune, mais qui peut faire l'objet d'un droit de jouissance privative. © simonkr - Getty images
Réglementations
Votre immeuble bénéficie d’un toit-terrasse qui vous permettrait de profiter de moments en plein air ? Si le toit est systématiquement une partie commune, il est nécessaire de s’assurer qu’il ne fait...