Quelle assurance habitation souscrire lors d'un achat immobilier ?

21 oct 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

L’assurance habitation est une étape incontournable pour tous les locataires, mais que se passe-t-il si vous achetez un bien immobilier ? A-t-on l’obligation d’y souscrire ? Et si cet achat est un investissement locatif ? On vous explique.

Image
Bien que non obligatoire légalement, il est vivement conseillé de souscrire une assurance habitation en tant que propriétaire. © Marina Andrejchenko
Bien que non obligatoire légalement, il est vivement conseillé de souscrire une assurance habitation en tant que propriétaire. © Marina Andrejchenko

Sommaire

L’assurance habitation est facultative pour les propriétaires

Si le fait de souscrire à une assurance habitation est obligatoire pour les locataires, ce n’est pas le cas lorsque vous achetez un bien pour l’habiter. En effet, rien n’oblige légalement les propriétaires occupants à souscrire une assurance habitation, mais dans les faits, la quasi-totalité le font. Pourquoi ? Cette assurance permet d’être couvert en cas d’incident dans votre logement. Cela inclut notamment :

  • les dommages dus à un incendie,
  • les dégâts des eaux,
  • le gel des canalisations,
  • les cambriolages,
  • les actes de vandalisme,
  • les bris de glace,
  • ou encore les catastrophes naturelles.

Si vous ne souscrivez pas à une assurance habitation en tant que propriétaire occupant, vous devrez payer de votre poche tous les frais inhérents aux réparations dues à ces incidents, sans pouvoir vous faire rembourser. Cela peut également vous empêcher d’être dédommagé pour les pertes matérielles et financières subies en cas de cambriolage… Or, avec quelque 300 000 cambriolages annuels dans l’hexagone, mieux vaut prendre les devants.

Si votre logement se trouve dans une copropriété, vous devez à minima souscrire à une garantie responsabilité civile.

Propriétaire : combien coûte une assurance habitation ?

Il est difficile d’estimer le prix moyen de l’assurance habitation car cela dépend de nombreux éléments, qui varient selon votre bien et votre profil. Ainsi, ce coût va dépendre de :

  • la nature de votre logement (appartement, maison, villa…),
  • sa superficie,
  • votre lieu de résidence,
  • la valeur des biens qui composent votre habitation (mobilier, appareils électroniques, objets d’art…),
  • les garanties que vous avez choisies,
  • votre profil,
  • la compagnie d’assurance pour laquelle vous avez opté.

Les tarifs peuvent largement varier, parfois du simple au double pour un même bien. N’hésitez donc pas à bien comparer les différentes compagnies d’assurance afin de trouver le meilleur prix selon les garanties dont vous avez besoin. À noter toutefois que si les assurances MRH pour un appartement coûtent généralement entre 150 et 250 € par an, les tarifs des assurances multirisques habitation des maisons sont plus élevés. Ils oscillent entre 300 et 600 € par an selon les régions.

Enfin, gardez en tête que l’assurance habitation est plus chère pour les propriétaires que les locataires. Pas de panique donc si vous êtes primo-accédant, cette différence est tout à fait normale. Elle est notamment due au fait que les propriétaires ont tendance à mieux assurer leur bien propre, à prendre de meilleures garanties et à occuper des surfaces plus grandes que les locataires, ce qui augmente mécaniquement le prix de l’assurance habitation.

On estime que l’assurance habitation coûte généralement 50 % de plus aux propriétaires qu'aux locataires.

Investisseur : pensez à l’assurance propriétaire non occupant

Mais que faire si vous avez acquis un bien immobilier dans le but de le mettre en location ? En effet, dans ce cas, vous n’êtes pas tenu d’assurer le logement car ce sera à votre locataire de souscrire à une assurance habitation. Toutefois, il peut être judicieux d’avoir recours à une assurance habitation propriétaire non occupant (PNO). Cette assurance PNO est utile, notamment, pour couvrir les risques non pris en compte par l’assurance habitation du locataire, si celui-ci a souscrit une couverture minimale. Ainsi, bien souvent, les assurances habitation des locataires ne couvrent pas les dommages causés à la copropriété (parties communes de l’immeuble) ou aux voisins.

De plus, cette assurance vous couvrira aussi durant les éventuelles périodes de vacance locative, lesquelles peuvent laisser votre appartement vide et sans assurance…, mais également vulnérable à des dégâts extérieurs, comme une fuite d’eau chez les voisins du dessus, par exemple. Pour éviter toutes les mauvaises surprises, il est donc plus prudent de recourir à cette assurance, avec la garantie recours des voisins et des tiers. 

French

A la une !