«  À Nice, la crise n'a que peu impacté les quartiers du Port et du Mont-Boron »

02 nov 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Malgré la Covid-19, le port de Nice et le Mont-Boron ne cessent de renforcer leur attractivité auprès des acquéreurs. Revenons en détail avec Alexandre Lanfranco et Patrick De Mersseman, directeurs de l’agence Vizcaya, sur les conséquences de la crise sanitaire et les dernières évolutions du marché de ces secteurs.

Image
«  À Nice, la crise n'a que peu impacté les quartiers du Port et du Mont-Boron »
Sur le port de Nice, l’offre de logements demeure très inférieure à la demande. © Inu – Shutterstock

La crise sanitaire a-t-elle impacté le marché immobilier du port et du Mont-Boron à Nice ?

À l’origine, nous pensions que la Covid-19 allait avoir des conséquences négatives importantes, en particulier du fait de l’absence de la clientèle étrangère, habituellement très présente dans la ville. Nous avons au contraire constaté un transfert de la clientèle vers les acheteurs parisiens notamment. Par ailleurs, un grand nombre d’acquéreurs ont préféré anticiper l’avenir en précipitant leur projet d’achat pour profiter d’un logement plus spacieux, plus confortable avec une terrasse ou un jardin.

Quels sont les atouts du quartier du port à Nice ?

Les avantages sont nombreux. Les habitants sont à proximité de la mer et du tramway leur permettant de se déplacer dans l’ensemble de la ville très facilement. C’est également un secteur sécurisé avec une vraie vie de quartier.

« La possibilité de télétravailler a significativement boosté le marché immobilier du port de Nice »

Alexandre Lanfranco et Patrick De Mersseman, directeurs de Vizcaya

Quel est le délai de vente dans les quartiers du port et du Mont-Boron ?

En moyenne, si un bien immobilier est proposé au prix du marché, 1 à 3 mois suffisent pour le vendre.

Avez-vous des exemples de ventes au prix du marché sur le port de Nice ?

Nous avons vendu un très bel appartement de 85 m² en dernier étage avec deux belles terrasses et surtout une vue mer exceptionnelle à 800 000 euros. Le bien comportait, par ailleurs, une cave et un garage. Il nécessitait cependant quelques travaux d’embellissement. Sur la basse corniche cette fois, nous avons signé un appartement 4-pièces de 90 m² en avant-dernier étage, avec extérieur, demandant un petit rafraîchissement à 460 000 €.

Le prix moyen au mètre carré à Nice est d'environ 4 798 €. 

Pourquoi est-il plus que jamais conseillé d'acheter via une agence ?

Faire appel aux services d'un professionnel est indispensable. Il est le premier à savoir qu’un bien va bientôt être mis sur le marché. Si vous êtes déjà dans son fichier client, vous avez une chance supplémentaire d’être contacté en priorité. C’est important, car sur le port comme au Mont-Boron, nous connaissons actuellement une pénurie de biens à vendre. Il faut donc être réactif si l’on souhaite acheter dans ces secteurs. Une agence a aussi la capacité de faire gagner du temps à un acquéreur en ciblant précisément les critères demandés. C’est notre métier de rechercher un logement qui soit adapté au budget et aux exigences de nos clients.

Comment le marché devrait-il évoluer dans votre secteur ?

Après la Covid, nous nous attendons à un retour de la clientèle étrangère. Cela risque de tendre encore plus le marché de Nice.

Pour finir, pouvez-vous nous présenter votre agence en quelques mots ?

Elle a été créée en 1995 et elle est spécialisée dans la transaction, la gestion et la location. Nous tenons à la stabilité de nos collaborateurs. Cela permet de créer un lien agréable avec les vendeurs et les acquéreurs. Ils disposent par ailleurs d’une expertise pointue du marché.

Image portrait
Image
Alexandre Lanfranco et Patrick De Mersseman
Directeurs de Vizcaya, 4 quai Papacino, 06300 Nice

A la une !