« Le marché de l’immobilier ermontois stagne »

Medhi Salah
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

À Ermont, vendeurs comme acquéreurs campent sur leurs positions. Comme le souligne Stéphane Ricou, dirigeant de l’agence immobilière GUY HOQUET ERMONT, les premiers souhaitent vendre leur bien à un bon prix et les seconds, négocier le plus possible.

Image
Immeuble moderne et écologique
Située à quelques kilomètres de Paris, la commune d'Ermont est également proche de la forêt de Montmorency. ©PIXEL to the PEOPLE / Shutterstock

Sur quel secteur intervenez-vous ?

J’interviens à Ermont, dans le département du Val-d’Oise, en région Île-de-France. Le secteur est résidentiel, avec un peu de placement locatif.

Comment se porte le marché de l’immobilier à Ermont ?

Il est un peu tendu quand même. Je constate un décalage entre le discours des acquéreurs et celui des vendeurs. Les acheteurs, pour le moment, veulent baisser tous les prix. Ils ont perdu de la capacité d’emprunt (à peu près 35 000 € sur 20 ans), et veulent en retrouver en négociant le prix d’achat.

Du côté des propriétaires, si c’est une vente de confort sans vrai projet derrière, rien ne se passe. Les trois quarts d’entre eux préfèrent attendre. Les biens restent en vente à des prix élevés, et ils refusent les offres d’achat ne leur convenant pas.

Acheteurs ou vendeurs : qui a la main sur le marché ?

À partir du moment où ils ont un financement bouclé et faisable, ce sont les acquéreurs qui ont la main.

Qui sont vos clients ?

90 % de nos clients souhaitent acquérir une résidence principale. Les 10 % restants sont des investisseurs, recherchant des biens à mettre en location. Notre clientèle est très locale. Avant elle comptait quelques Parisiens intra-muros, mais nous n’en avons plus beaucoup aujourd’hui.

En moyenne, le prix au mètre carré à Ermont est de 3 970 €. 

Quels types de biens recherchent vos clients ?

Pour de l’habitation, ce sont essentiellement des appartements de 3 à 4 pièces, et des maisons à partir de 3 chambres, séjour, bureau. C’est ce qui est le plus demandé. Le prix conditionne tout, quitte à sacrifier un ou deux critères.

À Ermont, 70 % des biens immobiliers sont des appartements. Et 30 % sont des maisons. 

Peinent-ils à admettre que le marché immobilier ralentit ?

Cela dépend du client, de l’antériorité sur son bien, de quand il l’a acheté et de son projet. Des personnes ayant acheté il y a moins de 3 ans et qui divorcent, se séparent, sont mutées pour le travail, etc., et qui souhaitent revendre, perdent de l’argent et le savent. Après pour celles ayant acheté il y a 7 ou 8 ans, le delta est moins grand, c’est juste de la plus-value.     

Estimez gratuitement votre bien en 2 min
Image
Silhouette d'homme
Stéphane Ricou
GUY HOQUET ERMONT, 31 rue de Stalingrad, 95120 ERMONT
Cet article vous a été utile ?
3
2

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
ville de Colmar
Immobilier local
Depuis un an, les prix de l'immobilier sont en baisse dans toute la France. Et l'Alsace n'est pas épargnée par cette tendance. Dans un contexte d'explosion des taux d'intérêt du crédit immobilier, le...
Image
Vue sur le port Cergy
Immobilier local
Le département du Val-d'Oise (95) offre de nombreux avantages à ses habitants. Vous envisagez de vous y installer et vous vous demandez où habiter ? On vous présente les meilleures villes du...