« Le prix immobilier à Aix-en-Provence a bondi de 10 à 20 % »

31 jan 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

La proche périphérie d’Aix-en-Provence a suscité un engouement immédiat auprès des Français candidats à un déménagement ou à une mutation dans le Sud. Ce phénomène provoque une tension du marché d’après Cédric et Chloé Fardiola, co-gérants de GCD Immobilier (Groupe Carnot Drujon Immobilier).

Image
Marché de la vieille ville de Aix-en-Provence
Aix-en-Provence attire de plus en plus de Parisiens. © Xantana

Quel est l’état du marché immobilier à Aix-en-Provence ?

Si l’on se concentre uniquement sur le marché de la transaction dans le secteur, il n’est pas seulement dynamique, mais tendu. La demande est très forte et l’offre assez faible. Aix-en-Provence est une ville très convoitée de la région, de par son architecture remarquable, ses infrastructures, ses lieux culturels, mais aussi sa proximité avec Marseille. Elle offre un cadre de vie exceptionnel, même dans l’hypercentre. C’est pour cette raison que nous avons traversé une période d’augmentation significative des prix immobiliers, de l’ordre de 10 à 20 %.

Quelle est la principale raison de cette augmentation des prix ?

L’afflux d’une clientèle extérieure, majoritairement parisienne, mais aussi originaire d’autres régions de la France. La crise sanitaire a remis en perspective beaucoup de choses dans le regard que nous portons sur notre vie. Bon nombre de personnes ont souhaité quitter un environnement qui ne leur convenait plus pour une ville accueillante et ensoleillée telle qu’Aix-en-Provence. D’ailleurs, c’est toute la région PACA qui a vu arriver de nouveaux clients portés par l’essor du télétravail, mutés professionnellement ou tout simplement souhaitant changer de vie.

Et pour ces nouveaux acquéreurs, quels sont les types de biens les plus sollicités ?

Incontestablement les maisons. Si un tel bien est mis à la vente au prix du marché, il se vendra en moins de 48 heures. Il y a donc peu de mises en vente dernièrement, et les prix ont flambé comme dans la ville de Coudoux. Distante de 30 km de la métropole aixoise, les prix des maisons oscillent désormais entre 400 000 et 440 000 €.

Y a-t-il d’autres villes que Coudoux, autour qu’Aix-en-Provence, qui ont suscité un engouement ?

C’est toute la périphérie aixoise qui a connu un essor considérable, autant à l’ouest qu’à l’est. Aujourd’hui, tous les villages qui se situent à une vingtaine de kilomètres et plus se développent, car les prix sont encore attractifs. Les personnes n’hésitent plus à faire 30 ou 40 minutes de voiture pour aller travailler si leur maison se trouve dans un environnement paisible et qu’ils ont une sensation d’espace.

Quel conseil souhaiteriez-vous transmettre à une personne ayant un projet immobilier dans la région ?

Aujourd’hui, le marché en est arrivé à un tel point de tension qu’il n’est plus viable d’effectuer ses recherches seul. Il est plus sage de s’enregistrer dans une agence de proximité qui va prospecter à sa place, car le bien va sans doute être vendu off market. En cela, la crise sanitaire a laissé son empreinte : la demande a explosé, ce qui fait que l’offre se réduit considérablement. Mais pour finir sur une note positive, elle a également eu un impact bénéfique sur les personnes qui ont pu concrétiser leur projet. Changer de logement revient à changer de vie, beaucoup ont réussi à trouver et à se créer un cadre de vie agréable.

Image portrait
Image
Chloé et Cédric Fardiola du Groupe Carnot Drujon Immobilier
Chloé et Cédric Fardiola
GCD Immobilier (Groupe Carnot Drujon Immobilier), 2a place Jeanne d’Arc, 13100 Aix-en-Provence
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils

A la une !