Coliving, micro-logements… les nouvelles tendances pour les logements étudiants

Vincent Cuzon 31 mar 2023
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Colocation intergénérationnelle, coliving, micro-logements… vous en avez certainement entendu parler mais savez-vous vraiment en quoi consistent ces nouvelles tendances ? Zoom sur ces modes d’habitation qui révolutionnent le logement étudiant.

Image
Le coliving : prisé par les étudiants, il est en plein essor.
Le coliving : prisé par les étudiants, il est en plein essor. © Carlo - Adobe Stock
Sommaire

Le coliving : le meilleur de la colocation et de la vie en solo

Parfois perçu comme un nouveau mode de colocation, le coliving en est plutôt éloigné dans les faits. En effet, ce type d’habitat originaire des États-Unis, très en vogue depuis quelques années en France, est davantage tourné vers le service. Plus concrètement, en plus d’un appartement individuel meublé avec salle de bains privative, kitchenette et espaces de vie partagés (salon, cuisine, salle de jeux, terrasse, etc.), les étudiants peuvent profiter de nombreux services. Gros avantage : ces derniers sont inclus dans le loyer.

Il s’agit, par exemple, de l’assurance habitation, des charges (eau, électricité…), de l’accès à Internet, de l’abonnement à un service de streaming musical ou encore du ménage, des services mutualisés pouvant presque être assimilés à des prestations hôtelières. Une formule qui séduit de plus en plus d’étudiants français, qui peuvent à la fois préserver leur intimité plus facilement qu’en colocation tout en profitant des bénéfices de l’habitat en commun. De plus, le coliving permet de bénéficier d’une grande flexibilité dans la mesure où les contrats de location sont de courte durée. Le succès du coliving est tel que de plus en plus de promoteurs intègrent désormais des habitations en coliving dans leurs futurs programmes immobiliers.

Le loyer d’un appartement en coliving inclut généralement les différentes charges (eau, gaz, électricité).

Le « boom » des micro-appartements en centre-ville !

Avec la croissance démographique et l’augmentation du coût de la vie, les micro-appartements sont en plein essor ces dernières années. Dans les grandes villes étudiantes, ils représentent une véritable alternative aux traditionnels studios. Si la surface habitable de ces logements est très restreinte (moins de 15 mètres carrés), l’aménagement est pensé pour optimiser au maximum l’espace disponible. Généralement loués meublés, les micro-appartements sont aménagés avec du mobilier adapté (lit escamotable, mezzanine avec espace bureau et/ou penderie, meubles modulables, petits appareils électroménagers…).

Autre avantage de ces habitations, elles permettent de vivre en centre-ville, à proximité de toutes les commodités (commerces, cinémas, etc.), en contrepartie d'un loyer souvent plus accessible que les studios. De plus, leur superficie étant restreinte, ces logements sont souvent plus peu gourmands en énergie. Précisons toutefois qu'en France, pour être mis en location, un micro-appartement doit respecter plusieurs conditions : il doit comporter au moins une pièce principale ayant une surface habitable d'au moins 9 m² et une hauteur sous plafond d'au moins 2,20 mètres ou un volume habitable d'au moins 20 m³

Les espaces dont la hauteur est inférieure à 1,80 mètre ne sont pas pris en compte dans le calcul de la surface habitable.

La colocation intergénérationnelle est en plein essor

Mode d’habitat partagé et solidaire, la colocation intergénérationnelle rencontre un véritable succès depuis quelques années. Nous pouvons parler de colocation intergénérationnelle lorsque des seniors et des étudiants cohabitent. Concrètement, un senior accueille chez lui un étudiant et lui offre un hébergement. Réglementée par la loi ELAN, la colocation intergénérationnelle est réservée aux personnes de moins de 30 ans (étudiants, jeunes travailleurs…) et aux personnes âgées de plus de 60 ans. Pour être conforme, le senior, propriétaire ou locataire, doit pouvoir proposer au jeune qu’il accueille une chambre d’au moins 9 m².

Ce mode d’habitat permet aux seniors isolés de profiter des menus services rendus par les jeunes qu’ils hébergent. Il s’agit donc d’un bon moyen de favoriser le maintien à domicile. De leur côté, les étudiants, qui rencontrent régulièrement des difficultés pour trouver un logement conforme à leurs moyens dans les grandes villes, peuvent bénéficier d’un hébergement un moindre coût et du partage des charges courantes (électricité, chauffage, Internet, etc.). Précisons que la contrepartie financière est librement fixée par les deux parties.

S’il est locataire, le senior qui opte pour la colocation intergénérationnelle doit en avertir son propriétaire.

Estimez le loyer de votre bien
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Les colocataires sont-ils solidaires de leurs dettes
Louer
Après avoir mené une étude du marché locatif local, vous envisagez de louer votre bien immobilier en colocation. Vous craignez cependant que ce choix ne vous confronte à un risque plus élevé d'impayés...