Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Location : est-il possible d’annuler un préavis de départ ?

Location : est-il possible d’annuler un préavis de départ ?

Si le locataire souhaite quitter son logement avant la fin de son bail de location, il devra respecter un préavis de 1 à 3 mois, selon les situations. Mais peut-il annuler ce préavis s’il change d’avis et qu'il veut finalement rester dans le bien ?

Location : est-il possible d’annuler un préavis de départ ?

Sommaire

Le locataire peut annuler son préavis sous certaines conditions

S’il désire quitter son logement avant la fin de son bail de location, le locataire doit le signifier à son propriétaire en déposant un préavis de départ. La durée de ce préavis est généralement de 3 mois, mais elle est de seulement 1 mois dans les zones tendues et pour les locations meublées. En théorie, selon les règles imposées par la loi du 6 juillet 1989, le locataire ne peut plus se rétracter une fois le préavis déposé. Il est déchu de son titre d’occupation à la fin du préavis et doit quitter le logement à la date convenue. S’il reste dans les lieux sans accord du propriétaire, le locataire est susceptible d'être expulsé. Toutefois, si le locataire ne souhaite finalement plus libérer le logement et décide de revenir sur son préavis de départ, il peut effectuer une demande expresse à son propriétaire, de préférence par lettre recommandée avec accusé réception. Le propriétaire n’a pas l’obligation d’accepter sa demande d’annulation du préavis. S’il accepte, il peut maintenir le bail en cours et les conditions initiales, ou opter pour un nouveau bail et augmenter le loyer.

En cours de chargement...
Bon à savoir

Si le propriétaire refuse l'annulation du préavis, le locataire peut lui demander sa prolongation pour avoir plus de temps pour trouver un nouveau logement.

Le propriétaire peut récupérer son bien pour le vendre ou s’y installer

Si le locataire peut mettre fin au bail sans justification, à condition de respecter un préavis de 1 à 3 mois, ce n’est pas le cas du propriétaire. Celui-ci ne peut mettre fin au bail que s’il souhaite reprendre le logement pour y habiter ou y loger un proche, ou s’il désire le vendre. Il peut aussi mettre fin à la location pour un motif sérieux et légitime (troubles de voisinage, loyers impayés...). Le propriétaire ne peut donner congé qu'à l'expiration du bail en cours et moyennant un préavis de 6 mois avant son terme, ou 3 mois pour une location meublée. Si le locataire refuse de quitter le logement à la fin de ce délai, le propriétaire doit engager une procédure judiciaire pour faire valider son congé et obtenir l'expulsion du locataire. Si le propriétaire souhaite reprendre le logement pour y loger un proche, le congé devra mentionner le nom et l’adresse du bénéficiaire de la reprise et la nature du lien avec le propriétaire (conjoint, enfants, etc.).

En cas de reprise pour revente, le locataire a priorité pour acheter le logement. La lettre de résiliation doit donc indiquer le prix et les conditions de vente. Si le locataire souhaite l'acheter, il dispose de 2 mois pour donner sa réponse.

Bon à savoir

Le locataire doit continuer à payer son loyer et ses charges tout au long du préavis de départ.

Plus de conseils :