DPE : 6 actions à mener pour faire sortir votre logement de la note G

Xavier Beaunieux 06 juil 2023
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Un Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) doit être effectué par quiconque envisage de vendre ou de louer son logement. Le but de ce diagnostic est de renseigner le futur acheteur ou le futur locataire sur la consommation en énergie et l’impact écologique d’une habitation. À chaque DPE correspond une étiquette « énergie » allant de A pour un logement extrêmement performant à G pour une passoire thermique. Comment améliorer la note au DPE de votre habitation ? Quels sont les travaux dont la réalisation permet d'améliorer la performance énergétique et climatique d’un bien ? On vous donne toutes les solutions.

Image
Une maison
Il est possible d'améliorer la note DPE de votre logement. On vous indique la marche à suivre. © Getty
Sommaire

Renforcez l’isolation thermique

D’après l’Ademe, si sa construction date d’avant 1074, un logement enregistre de 25 à 30 % de déperdition de chaleur par sa toiture et de 20 à 25 % par ses murs. Lorsque l’on cherche à faire progresser la note au DPE de son logement, il est donc indispensable de chercher à optimiser son isolation. Cette opération vous permettra également de faire des économies. En réalisant des travaux d’isolation chez vous, vous réduirez votre facture de chauffage.

D’autre part, en renforçant son isolation, votre maison ou votre appartement conservera la chaleur durant les mois d’hiver et ne se transformera pas en sauna durant les mois d’été. Enfin, isoler votre habitation vous permettra de préserver l’environnement mais aussi  de la valoriser. En effet, un bon DPE est désormais un critère d’achat et les acquéreurs y portent un intérêt croissant. Selon une enquête SeLoger, les porteurs d'un projet d’achat immobilier sont 87 % à affirmer attacher de l’importance aux performances énergétiques d’un logement. La même étude nous apprend que 40 % des futurs acheteurs considèrent un mauvais DPE comme un levier de négociation. Et que 79 % des futurs vendeurs se disent prêts à baisser leur prix si la note au DPE de leur logement laisse à désirer.

Pour améliorer l’étiquette énergie de votre bien immobilier, vous pouvez aussi isoler les combles perdus ou aménagés. Vous limiterez ainsi considérablement les déperditions de chaleur. Vous pouvez également renforcer l'isolation de vos murs, que ce soit par l’extérieur ou par l’intérieur. Enfin, installer du double voire du triple vitrage maximisera l’isolation de vos fenêtres.

Améliorez le chauffage et la ventilation

Selon l’Ademe, le chauffage représente à lui seul 60 % de nos dépenses en énergie d’un ménage. Rénover votre chauffage constitue donc une priorité. Repenser vos équipements de chauffage vous permettra de maintenir une température agréable chez vous et de profiter d’un meilleur confort thermique. Un système de chauffage plus moderne aura aussi l’avantage de vous faire faire des économies en limitant les pertes de chaleur et en optimisant votre consommation énergétique. Pourquoi alors ne pas remplacer votre système de chauffage par une chaudière à condensation plus moderne et plus efficace ? D’autre part, vous doter d’un système de ventilation performant aura pour effet d’améliorer la qualité de l’air intérieur et de limiter la condensation. En investissant dans une ventilation mécanique contrôlée (VMC), vous renouvellerez l'air tout en limitant les pertes de chaleur.

Depuis le 1er avril 2023, vous devez réaliser un audit énergétique si vous envisagez de vendre une passoire thermique, c’est-à-dire un bien classé F ou G au DPE. Cet audit vise entre autres à présenter plusieurs propositions de scénarios de travaux d’amélioration de la performance énergétique de votre logement.

Optimisez l’éclairage

Un autre levier qu’il peut être judicieux d’actionner pour améliorer le DPE de votre habitation consiste à remplacer les ampoules traditionnelles par des ampoules LED. Moins consommatrices d’énergie que les ampoules classiques (à incandescence, Ndlr), les ampoules LED durent aussi plus longtemps, jusqu’à 50 000 heures selon l’Ademe.

Ayez recours aux énergies renouvelables

Améliorer la note au DPE d’un logement implique aussi de faire la part belle aux énergies renouvelables. Et pour cause, il s’agit là de sources d’énergie inépuisables qui n’engendrent pas, ou peu d’émissions polluantes ou de déchets. Parmi les actions que vous pourriez entreprendre figurent notamment la pose de panneaux solaires photovoltaïques pour produire de l'électricité et l'installation d’un système de production d'eau chaude solaire, qu’il soit solaire ou thermodynamique.

Modernisez vos appareils électroménagers 

C’est peut-être un détail pour vous mais en termes d’économie d’énergie, ça veut dire beaucoup ! Certains appareils électroménagers sont particulièrement énergivores. Selon l’Ademe, un sèche-linge consomme en moyenne 301 kWh par an. Suivent le congélateur, le lave-vaisselle, le lave-linge,  le four et les plaques de cuisson. Pour alléger votre facture et améliorer l’étiquette énergie de votre logement, il peut donc s’avérer judicieux de remplacer votre électroménager par des modèles plus récents et affichant une meilleure efficacité énergétique (classe A++ ou A+++).

Adoptez les éco-gestes

Aujourd’hui plus que jamais, il est temps d’adopter au quotidien des comportements éco-responsables. Et en plus de vous faire faire des économies, ces éco-gestes contribueront - à votre échelle - à préserver l’environnement. Quelques exemples : ne passez pas des heures sous la douche. Prenez l'habitude de récupérer l’eau de pluie. Limitez vos déchets au maximum. Veillez à éteindre la lumière chaque fois que vous quittez une pièce. Faites du tri. Baissez le thermostat de vos radiateurs de quelques degrés, etc.

Ces aides auxquelles vous avez peut-être droit

MaPrimeRénov’ : Une aide de l'État s’adressant aux propriétaires qui souhaitent réaliser des travaux de rénovation énergétique chez eux.

MaPrimeRénov’ Sérénité : Un aide visant à financer vos travaux de rénovation si ceux-ci permettent un gain énergétique d’au moins 35 %.

CEE (Certificats d’Économie d’Énergie) : Une prime - délivrée par l’État ou par une autorité agréée - dont le montant dépend de la nature des travaux effectués et de l’ampleur des économies d’énergie réalisées.

Coup de pouce « chauffage » : Une prime dont le montant varie selon les revenus du ménage et le type d’équipement de  chauffage à remplacer.

Coup de pouce « Rénovation performante d’une maison individuelle » : Une prime visant à financer une partie des travaux réalisés dans le cadre d’une rénovation thermique globale de votre logement.

Éco-prêt à taux zéro (Éco-PTZ) : Un prêt sans intérêt et plafonné à 50 000 € destiné à financer des travaux de rénovation énergétique dans un logement.

Prêt à l'Amélioration à l’Habitat (PAH) : Un prêt - devant être demandé auprès de la CAF  - ayant pour but de vous aider à réaliser des travaux, de rénovation ou d’isolation thermique, dans votre résidence principale.

  • Depuis le mois de janvier 2023, la location des logements étiquetés G+ (qui consomment plus de 450 kWh/m²/an d'énergie finale)  est interdite.
  • En 2025, les biens classés G seront interdits à la location.
  • En 2028, on ne pourra plus proposer de locations classées F.
  • En 2034, ce sera au tour des biens classés E d’être exclus du marché locatif.
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Isolation thermique - SeLoger
Rénovation énergétique
La loi Climat et Résilience, vous avez beau en entendre (beaucoup) parler, vous n’y comprenez toujours pas grand-chose. Pour vous aider à mieux appréhender cette loi incontournable, on fait le point...