Comment faire une offre d’achat ?

Comment faire une offre d’achat ?
partage(s)

Vous avez visité un appartement ou une maison qui vous plaît et vous ne souhaitez pas prendre le risque qu’un autre acheteur fasse une proposition au vendeur ? Tournez-vous vers l’offre d’achat qui vous engage auprès du vendeur à acheter son bien.

Votre check-list pour ne rien oublier

L’offre d’achat est un document qui vous engage solennellement et formellement auprès du vendeur d’un bien, à acheter ce dernier. Cette offre d’achat doit donc être rédigée dans les règles de l’art, comporter un certain nombre de mentions et de clauses suspensives qui vous couvrent. Pour formuler correctement votre offre d’achat, voici quelques points essentiels :

  • Evaluez la valeur du bien.
  • Faites le choix entre l’offre d’achat orale et l’offre d’achat écrite.
  • Rédigez l’offre d’achat écrite.
  • Ajoutez des clauses suspensives.
  • Prenez quelques précautions.
  • Renseignez-vous sur les possibilités de vous rétracter.

1. Evaluez correctement la valeur du bien

Avant de formuler votre offre d’achat, vous devez évaluer le plus justement possible la valeur de votre bien, afin de faire une proposition correcte. Commencez donc par vous renseigner au sujet de l’état du marché dans la ville mais également le quartier dans lesquels se situe le bien que vous avez choisi. Vous pouvez vous servir d’outils d’évaluation tels que La Cote Immo, qui vous permettront de connaître le prix moyen au m². N'oubliez pas non plus de vous pencher sur le bien en lui-même. Vous devez le scruter dans les moindres détails et être en capacité d’évaluer ses atouts et ses faiblesses. Ainsi, il est évident qu’un bien dont tout ou partie des pièces ont été récemment rénovées aura une plus grande valeur qu’un bien nécessitant des travaux. Pensez également à l’orientation de la maison, l’état du système électrique, de la plomberie, des revêtements, des extérieurs s’il y en a, etc.

Bon à savoir

Si vous vous rétractez sans respecter les conditions prévues dans l’offre d’achat, vous serez contraint de verser des dommages et intérêts au vendeur.

2. Choisissez entre l’offre d’achat orale ou écrite

Une fois que vous avez évalué la valeur du bien, vous pouvez envisager de formuler l’offre d’achat, en sachant que deux solutions s’offrent à vous :

  1. Vous pouvez formuler une offre d’achat orale, qui ne vous engage pas à grand-chose, et qui est d’ailleurs recommandée si vous avez encore des doutes quant à vos intentions vis-à-vis du bien. Notez qu’en contrepartie, le vendeur n’est pas non plus lié à vous et qu’il pourra proposer le bien à un autre acheteur.
  2. Vous pouvez formuler une offre d’achat écrite qui constitue un acte juridique et pour lequel les engagements sont réels puisque vous vous engagez à acheter le bien dès lors que le vendeur aura accepté l’offre par écrit.

3. Rédigez l’offre d’achat écrite

Si vous avez fait le choix de formuler une offre d’achat écrite, sachez que celle-ci doit contenir un certain nombre de mentions et d’informations :

  • Le prix d’achat du bien.
  • La durée de validité de l’offre qui s’élève généralement à 5 à 10 jours, ce qui correspond au temps que vous accordez au vendeur pour accepter ou refuser l’offre.
  • Les modalités de réponse du vendeur, à savoir par lettre recommandée avec accusé de réception, ou encore par voie d’huissier.
  • Votre délai de rétractation qui est généralement de 7 jours.
  • Le moyen de financement (prêt et/ou apport personnel).
  • Vous devez mentionner le fait que la vente ne sera définitive qu’au moment de la signature de l’avant-contrat.
  • Vous devez indiquer que l’offre d’achat sera annulée si elle n’a pas été acceptée par le vendeur dans les délais indiqués.
  • Vous pouvez également indiquer le type de bien dont il s’agit et le décrire en mentionnant la superficie, le nombre de pièces, etc. 
Offre d'achat
Une offre d'achat doit contenir des mentions obligatoires et de clauses suspensives. © Alexander Raths

4. Ajoutez des clauses suspensives

L’offre d’achat est un réel engagement, et vous pouvez vous apercevoir que des doutes subsistent. Cela peut être par rapport au montant des travaux que vous pensez effectuer, l’obtention du prêt immobilier que vous n’êtes pas certain d’obtenir, vous n’êtes pas persuadé d’avoir correctement évalué l’état du bien, etc. Dans ce cas, il est impératif que vous ajoutiez des clauses suspensives qui vous donneront la possibilité d’annuler la vente si l’une des situations que vous avez citées se produit.

Bon à savoir

Les clauses suspensives peuvent être diverses, il peut s’agir du refus du prêt par la banque, de l’état du système électrique, de la présence de servitudes qui pourraient affecter l’usage et la propriété du logement, etc.

5. Prenez quelques précautions avant de vous engager

Avant d’envoyer l’offre d’achat au vendeur, assurez-vous d’avoir pris suffisamment de précautions pour vous couvrir, car une fois signé par le vendeur, le document ne pourra plus être modifié. Commencez par vous assurer que vous n’avez pas laissé un délai trop long au vendeur pour réfléchir : une semaine à dix jours représente un délai raisonnable. Assurez-vous également que vous avez indiqué toutes les clauses suspensives qui vous permettront d’annuler la vente dans certaines situations, et ne versez surtout pas d’argent au vendeur à ce stade, même s’il vous le demande, cette pratique est totalement interdite lors d’une offre d’achat.

6. Renseignez-vous sur les possibilités de rétractation

Si vous souhaitez vous rétracter car vous n'avez plus l'intention d'acheter le bien, sachez que trois cas de figures s’offrent à vous :

  1. Vous pouvez vous rétracter tant que le vendeur n’a pas répondu à votre offre d’achat.
  2. L’offre d’achat peut être annulée si le vendeur a refusé votre proposition ou qu’il n’a pas répondu dans les délais que vous lui aviez accordés.
  3. Votre offre d’achat devient caduque dès lors que le vendeur vous fait une contre-proposition par écrit.