Spécial primo-accédants : notre guide pour acheter votre toute première maison

Blandine Rochelle 28 fév 2023
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

De plus en plus de primo-accédants achètent une maison en tant que première acquisition, tous secteurs confondus. L’occasion pour nous de revenir sur les spécificités d’un premier achat de ce type, les critères à prendre en compte et la marche à suivre pour que votre projet se concrétise. 

Image
Pensez non seulement au prix d'achat de la maison, mais également aux frais annexes. © tonefotografia - Adobe Stock
Pensez non seulement au prix d'achat de la maison, mais également aux frais annexes. © tonefotografia - Adobe Stock
Sommaire

Évaluez votre budget

La première chose à faire si vous souhaitez acheter votre toute première maison, c’est de définir précisément votre budget. Pour ce faire, vous pouvez commencer par réaliser une estimation en ligne qui va vous donner une première indication, suivie d’un rendez-vous avec une banque ou un courtier. L’un des avantages du courtier, c’est qu’il peut s’adresser à toutes les banques du marché pour vous trouver la meilleure offre possible. De plus, il est en capacité d’évaluer votre budget à partir de votre capacité d’emprunt, de votre apport, etc. Il est essentiel de faire le point sur le montant qui peut constituer votre apport car il s’agit d’un élément incontournable pour emprunter.

Renseignez-vous sur les aides financières disponibles

Les primo-accédants peuvent bénéficier de différentes aides à l’acquisition :

  • Le PTZ, qui est un prêt à taux zéro réservé aux primo-accédants. Il est accordé sous condition de ressources et peut représenter jusqu’à 25 % du coût total de l’opération si vous achetez une maison neuve ou nécessitant d’importantes rénovations. Il peut, également, compléter votre prêt principal jusqu’à 40 % et venir gonfler votre apport personnel lors de la constitution d’un dossier de prêt.
  • Le prêt Action Logement, également appelé 1 % logement s’adresse aux salariés d’entreprises du secteur privé qui adhèrent au CIL (comité interprofessionnel du logement). Il vous permet de compléter votre financement avec des taux d’intérêts réduits jusqu’à 30 % du montant de l’opération avec un plafond de 25 000 €.
  • La TVA réduite à 5,5 % au lieu de 20 % est disponible dans les zones en rénovation urbaine ANRU, mais également pour les primo-accédants achetant un logement neuf.
  • Les collectivités locales peuvent accorder des aides pour soutenir une première acquisition.

Efforcez-vous de faire plusieurs visites avant d’envisager faire une offre. En effet, il est nécessaire d’avoir de la visibilité sur les maisons disponibles non seulement dans votre budget mais aussi dans les secteurs que vous ciblez.

Pensez aux frais annexes et ne les sous-estimez pas !

Un achat immobilier comprend non seulement le prix d’achat de la maison en tant que tel, mais également des frais annexes dont il faut tenir compte, à commencer par les frais de mutation, que l’on appelle couramment « frais de notaire ». Ils s’élèvent en moyenne à 7-8 % pour l’achat d’une maison dans l’ancien et ils oscillent entre 2 et 3 % pour l’achat d’un logement neuf.

De plus, une fois que vous devenez propriétaire, vous êtes redevable de la taxe foncière, des éventuelles charges de copropriété, mais également de l’entretien de votre maison et cela quelle que soit l'importance des travaux.  

Définissez vos critères de recherche

Il est nécessaire de définir vos critères de recherche, à commencer par l’emplacement de la maison. La situation géographique est un aspect important, surtout à l’achat, car vous vous engagez à vous installer durablement à cet endroit, mais l'importance de la localisation concerne également la revente. Bref, ce ne sont pas les agents immobiliers qui nous contrediront sur ce point, l'emplacement constitue un critère essentiel. Évaluez la distance entre cet emplacement et votre lieu de travail, réalisez ce trajet à différents moments de la journée, estimez la densité de commerces à proximité, regardez où se situent les adresses courantes auxquelles vous devrez vous rendre, la présence de voies rapides, de transports en commun le cas échéant, etc.

De plus, recensez vos besoins en termes de superficie, de nombre de pièces, de présence d'un espace extérieur, etc. Vous pourrez ainsi définir précisément quels sont les critères incontournables.

Faites une offre cohérente par rapport au marché local

Lorsque vous avez défini un secteur et surtout que vous avez trouvé une maison qui vous plaît, renseignez-vous bien au sujet du marché immobilier local et des prix immobiliers pratiqués afin de faire une offre qui soit à la fois juste et cohérente. Il peut arriver que plusieurs acquéreurs soient intéressés par la même maison, ce qui signifie que le plus offrant sera celui qui remportera la vente. Ce n’est certes pas un argument pour acheter au-dessus du marché, mais il est utile de demeurer réaliste quant aux prix au m² et de mettre toutes les chances de votre côté pour décrocher le bien tant convoité.

Au moment des visites, étudiez chaque maison en détail, scrutez le moindre recoin et posez toutes les questions qui vous semblent judicieuses. N’oubliez pas d’étudier les éventuelles nuisances que vous ne pourriez pas identifier en journée, comme un bar avec une terrasse bruyante, par exemple.

Vous avez un projet d'achat immobilier ?
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Faites le point sur les besoins spécifiques du logement en termes de travaux de rénovation énergétique en consultant l'audit énergétique. © Suljo - Getty images
Acheter
Avec la nouvelle réglementation sur le DPE, de nombreuses passoires ont été mises en vente sur le marché. Si ces logements nécessitent de gros travaux, ils sont cependant jusqu’à 25 % moins chers et...