« À Antibes, les prix de l’immobilier vont continuer à grimper »

01 déc 2021
mis à jour le
14 déc 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Sur les bords de la Méditerranée, entre Nice et Cannes, Antibes est l’un des pôles majeurs de l’investissement locatif de la Côte d’Azur. François Vidal Mazuy, gérant de BNB Real Estate, fait le point sur l’impact de la crise sanitaire et les perspectives du secteur.

Image
« À Antibes, les prix de l’immobilier vont continuer à grimper »
Les appartements en bord de mer sont très recherchés par les investisseurs. © Valery Rokhin – Shutterstock

Pouvez-vous nous faire un premier bilan de l’année 2021 pour le marché immobilier à Antibes ?

C’est une année record aussi bien pour la vente que pour la gestion locative saisonnière. Notre chiffre d’affaires a quasiment doublé cette année.

Quelles ont été les conséquences de la crise sanitaire sur le marché immobilier ?

Nous recevons depuis la sortie du premier confinement un nombre croissant de demandes pour des villas individuelles avec terrain. Les rez-de-chaussée avec jardin ont également la cote auprès des acquéreurs. A contrario, les appartements sans terrasse ou balcon se vendent moins bien depuis 18 mois. C’est l'une des évolutions majeures provoquées par la Covid-19.  

Quel conseil donneriez-vous à une personne ayant le projet d’acheter ou d’investir dans votre secteur ?

Pour être correctement conseillé et accompagné, il est indispensable de faire appel à un professionnel connaissant parfaitement le marché des investissements saisonniers. Il existe en effet un risque réel d’être mal informé et de baser ses calculs sur des prix de nuitée erronés. Pour les acquéreurs qui envisagent des investissements locatifs classiques, il est également essentiel de faire appel à une agence proposant en parallèle la gestion saisonnière du bien.

« La présence d’extérieur est devenue un atout majeur pour les appartements à Antibes »

François Vidal Mazuy, gérant de BNB Real Estate

Quelle est la meilleure saison pour vendre ou acheter dans votre ville ?

L’été est le moment idéal pour vendre son bien. La clientèle étrangère est sur place pour visiter et il est facile de mettre son bien en valeur grâce notamment au climat de la Côte d’Azur. À cette période, la demande est forte et le vendeur est en position favorable. A contrario, pour acheter, il est préférable d’attendre l’hiver. Les demandes sont moins importantes et il est plus facile pour les acheteurs de négocier les prix. 

Quels sont les quartiers d’Antibes les plus recherchés et ceux qui ont le plus de potentiel ?

Le centre-ville, le bord de mer et la vieille ville sont les plus prisés et les localisations pour lesquelles les perspectives sont excellentes. Ce sont des zones touristiques appréciées à la fois des locaux, des Français et des étrangers. La rentabilité locative y est par ailleurs très intéressante.

Pouvez-vous me donner des exemples de prix de biens que vous avez récemment vendus et reflétant l’état du marché actuel à Antibes ?

Un studio de 16 m² au centre-ville coûte autour de 125 000 €. De la même façon, nous avons vendu récemment un T2 de 50 m² dans le même secteur à 193 000 €. Enfin, dans la vieille ville, un T4 de 76 m² a trouvé un acquéreur pour 465 000 €.

Quelles sont les perspectives d’évolution pour le marché immobilier d’Antibes ?

Elles sont très positives. La demande ne cesse d’augmenter, notamment parce que les touristes sont de plus en plus nombreux chaque année à venir visiter notre région. Cette hausse s’accompagne nécessairement d’une montée des prix immobiliers pour Antibes. L’investissement locatif a donc de beaux jours devant lui. Par ailleurs, le projet Marenda Lacan, composé d’immeubles d’habitation et de commerces, va redynamiser le centre-ville.

Image portrait
Image
François Vidal Mazuy, Gérant BNB Real Estate
BNB Real Estate, 1 avenue Meissonnier, 06600 Antibes

A la une !