MaPrimeRénov’ évolue : ce que ça change pour vos projets rénovation

Vincent Cuzon
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Principale aide à la rénovation énergétique, MaPrimeRénov’ a été recentrée sur les projets de rénovation globale en début d’année. Face à la baisse du nombre de demandes, le gouvernement fait toutefois machine arrière. Les subventions mono-gestes font leur grand retour le 15 mai. Explications.

Image
Le 15 mai, c’est le grand retour des subventions mono-gestes de MaPrimeRénov’. © milan2099 - Getty Images
Le 15 mai, c’est le grand retour des subventions mono-gestes de MaPrimeRénov’ © milan2099 - Getty Images
Sommaire

MaPrimeRénov’ : le retour des aides par geste !

Depuis le début de l’année 2024, MaPrimeRénov’ est recentrée sur les rénovations énergétiques globales. Concrètement, les propriétaires de passoires thermiques qui désirent bénéficier de cette aide pour rénover leur logement doivent réaliser au moins deux chantiers de rénovation énergétique. Seules les personnes vivant dans une maison bien isolée (DPE A à E) peuvent continuer à profiter des aides MaPrimeRénov’ par geste. Néanmoins, cela va bientôt changer !

Face à la baisse de 40 % du nombre de demandes de subventions liées à des rénovations énergétiques par rapport au premier trimestre 2023, le gouvernement a décidé de faire machine arrière. A partir du 15 mai 2024 et jusqu’à la fin de l’année, les subventions mono-gestes (isolation, ventilation) de MaPrimeRénov’ seront de nouveau accessibles aux propriétaires de passoires thermiques. Le recentrage des aides de MaPrimeRénov' sur les rénovations énergétiques globales est donc reporté au 1er janvier 2025.

MaPrimeRénov’ est une aide destinée aux logements construits depuis plus de 15 ans.

Rénovation par geste : le DPE n’est plus obligatoire

Le retour des subventions de MaPrimeRénov’ pour les mono-gestes s’accompagne d’un autre changement. A partir du 15 mai et jusqu’au 31 décembre 2024, il ne sera plus obligatoire de réaliser un Diagnostic de Performance Energétique pour demander une subvention MaPrimeRénov’ par geste. En effet, jusqu’à présent, il n’était pas possible de lancer des travaux de rénovation énergétique dans le cadre de MaPrimeRénov’ si un diagnostiqueur professionnel n’avait pas fait un DPE en amont. Une obligation qui avait tendance à allonger les délais avant le début du chantier, les professionnels habilités n’étant pas toujours en mesure de répondre rapidement à toutes les demandes.

Rappelons toutefois que la réalisation d’un DPE et/ou d’un audit énergétique reste conseillé pour détecter les points faibles de votre logement et réaliser les travaux les plus adaptés.

MaPrimeRénov' : quel est le montant de l'aide ?

En début d’année, MaPrimeRénov' a été revue et corrigée pour encourager les Français à rénover énergétiquement leur logement. Pour les rénovations les plus performantes, qui permettent de gagner au moins quatre classes au DPE, le taux de prise en charge peut désormais atteindre 90 % pour les revenus les plus modestes, avec un plafond de prise en charge des travaux porté à 70 000 € (contre 35 000 € en 2023).

Dans le détail, pour les travaux concernant le chauffage et l’eau chaude sanitaire, une aide forfaitaire est accordée selon la nature des travaux à effectuer et vos revenus. Elle est comprise entre 1 200 € et 11 000 € pour les ménages aux revenus très modestes. Les ménages intermédiaires peuvent bénéficier d’une aide forfaitaire comprise entre 400 et 6 000 €.

Pour les travaux liés à l’isolation thermique, l’aide est comprise entre 15 €/m² et 75 €/m², en fonction de vos revenus. Pour les autres types de travaux, le montant varie de 300 à 2 500 €, selon la nature des travaux et vos ressources.

Pour bénéficier de MaPrimeRénov’, le dossier de demande doit être déposé avant le début de travaux.

Estimez gratuitement votre bien en 2 min
Cet article vous a été utile ?
6
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
personnes sur un chantier maison
Rénovation énergétique
Lutte contre le changement climatique, soutien du pouvoir d’achat, amélioration de la qualité de vie… les enjeux de la rénovation énergétique sont nombreux. La France compterait encore près de 5...
Image
Isolation thermique - SeLoger
Rénovation énergétique
La loi Climat et Résilience, vous avez beau en entendre (beaucoup) parler, vous n’y comprenez toujours pas grand-chose. Pour vous aider à mieux appréhender cette loi incontournable, on fait le point...