Rechercher un article

Comment savoir si l’acheteur de votre logement est solvable ?

Comment savoir si l’acheteur de votre logement est solvable ?

La question que se pose toute personne qui vend son bien immobilier, est de savoir comment reconnaître un acquéreur solvable. Vous n’avez aucune garantie que la vente aura bien lieu, mais certains critères vous permettent de penser qu’un acheteur obtiendra son prêt, voire qu’il peut s’en passer.

Comment savoir si l’acheteur de votre logement est solvable ?

Un acheteur propriétaire de son logement est un gage de solvabilité

Si vous cherchez à vendre un bien immobilier sans agence, vous devez vous demander quels sont les gages de solvabilité chez un acheteur. Pour commencer, il est impératif de savoir si la personne qui s’intéresse à votre bien est déjà propriétaire de sa résidence principale actuelle. En effet, même si rien ne vous garantit à 100 % que l’acquéreur obtiendra à nouveau un prêt pour son prochain achat immobilier, vous avez quand-même toutes les raisons de penser que s’il l’a obtenu une première fois, il l’obtiendra certainement une deuxième fois. D’une part parce que la banque aura eu l’occasion de s’apercevoir que cet acquéreur règle bien toutes ses mensualités et d’autre part parce que pour un second achat immobilier, l’acquéreur pourra injecter le montant de la plus-value réalisée dans ce nouvel achat, ce qui constitue un apport non négligeable et généralement pris en compte par les banques.

Vidéo : Les signes qu'un acquéreur est solvable

La perle rare : l’acquéreur qui achète au comptant

Ce cas de figure n’est certes pas répandu. Mais il existe et il s’agit évidemment de l’acheteur le plus solvable que vous puissiez trouver. En effet, dans le cas d’un acquéreur qui achète votre logement au comptant, vous n’avez pas à attendre le délai de réponse de la banque puisqu’il n’a pas besoin de contracter un prêt immobilier. Vous avez donc la garantie que cet acquéreur va bel et bien mener la vente jusqu’au bout, ce qui ne vous exonère pas de signer un compromis de vente avec lui auparavant. Il est impératif de lui demander un document qui atteste de l’existence de ses fonds au moment de la signature de l’avant-contrat, afin de vous assurer que sa volonté d’acheter est sérieuse et que la vente aura lieu.

Bon à savoir

Lorsque vous signez un avant-contrat avec l’acquéreur, privilégiez le compromis à la promesse de vente. Le compromis engage les deux parties. Le vendeur et l’acheteur s’engagent à conclure la vente ensemble.

L’acquéreur qui a consulté un courtier et qui connaît son budget

Un acheteur sérieux, qui a toutes les chances d’obtenir son prêt immobilier, est un acquéreur qui a déjà consulté sa banque ou qui a consulté un courtier immobilier. Cela vous apporte la garantie qu’il connaît son budget, car le courtier a obligatoirement réalisé des simulations et a commencé à défendre son dossier auprès des banques. Si une banque a déjà donné un accord de principe à cet acquéreur pour l’octroi du prêt et que le prix du bien que vous vendez correspond à son budget, vous pouvez estimer que la vente a toutes les chances d’arriver à terme. N’hésitez donc pas, durant une visite, à questionner l’acheteur à ce sujet, demandez-lui où il en est précisément de ses recherches et de sa demande de crédit immobilier.

L’acheteur éligible à des aides telles que le PTZ

Un acquéreur, qui n’est pas déjà propriétaire de sa résidence principale et qui n’achète pas au comptant, peut être solvable pour autant. C’est notamment le cas des acquéreurs éligibles à des aides destinées aux primo-accédants, tels que le PTZ. Certaines aides nécessitent cependant de justifier d’un apport personnel. Or, vous n’êtes pas légitime à demander un justificatif de cet apport à l’acquéreur, mais vous pouvez parfaitement lui demander s’il est éligible au PTZ, par exemple, car si tel est le cas, cela signifie que son dossier est solide, car il s’agit d’un prêt accordé par l’Etat par l’intermédiaire d’une banque conventionnée. Généralement, les acquéreurs, qui sont éligibles au PTZ, obtiennent leur crédit immobilier, car leur dossier est considéré comme fiable, puisqu’ils doivent respecter un certain nombre de conditions.

Bon à savoir

Il existe d’autres aides pour les primo-accédants tels que le Prêt Action Logement et le Prêt à l’Action Sociale (PAS), mais également des aides locales de la part de la commune, du département ou de la région qui peuvent témoigner de la fiabilité du dossier de l’acquéreur.