Metz : « un marché immobilier sous forte tension ! »

18 mar 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Attractif et doté d’une forte vitalité, le marché de l’immobilier messin est au centre de toutes les attentions de la part des acquéreurs. Cédric Lavaud, Directeur de service transaction achat-vente et promotion immobilière chez Sorec et président de la Chambre FNAIM de Moselle, nous en explique les tenants et les aboutissants. 

Image
Metz : « un marché immobilier sous forte tension ! »
À Metz, la rareté de l'offre fait que les logements se vendent très rapidement. ©Dmitri V Tonkopi

Quels sont les biens que l’on vous demande le plus souvent ?

Beaucoup de nos clients ciblent l’hyper-centre de Metz. Les logements, qui disposent à la fois d’un espace extérieur (balcon, terrasse) et d’une place de stationnement, sont rares et donc très prisés. Plus globalement, les habitations sitiuées à proximité des commodités urbaines et des transports en commun sont très demandées et cela dans toute l’agglomération messine. Tout comme le sont, en première couronne, les maisons avec un jardin. Il est intéressant de constater que, depuis le confinement, le marché immobilier messin s’est quelque peu décentralisé en faveur des abords des agglomérations.

Qui sont vos clients ?

Metz, Montigny-lès-Metz, Marly ou encore Woippy se trouvant en zone B1, je compte beaucoup d’investisseurs locatifs en Pinel parmi mes clients. Contrairement à ce qui se passe ailleurs, les collectivités messines faisant preuve de beaucoup de dynamisme dans l’octroi des permis de construire, beaucoup de primo-accédants peuvent devenir propriétaires à Metz et dans ses environs, aussi bien dans le parc résidentiel existant que dans le neuf. Enfin, les familles et, plus globalement, les secundo-accédants sont également largement représentés sur le marché messin. Comme vous le voyez, le panel est large.

D’où viennent-ils ?

Sur Metz, la clientèle est principalement locale.  Pour autant, il est important de souligner que l’image de ville de garnison, de ville froide et austère, qui a longtemps collé à Metz, appartient désormais au passé. En effet, le dynamisme économique et culturel dont Metz fait montre depuis quelques années déjà, séduit les acquéreurs bien au-delà des frontières de la Lorraine. C’est une métropole à taille humaine. Les prix immobiliers y sont accessibles et elle est agréable à vivre. Tous ceux qui ont eu l’occasion de découvrir Metz l’ont aimée. Tant et si bien qu’aujourd’hui, nombreux sont ceux qui font le choix de s’installer à Metz.

Le prix au m² à Metz atteint 2 444 € au terme d’une hausse de 12,4 % sur 1 an (Source : Baromètre LPI-SeLoger).

À Metz, quels sont les quartiers les plus prisés ?

Le décalage entre une forte demande et des stocks de biens disponibles à la vente qui se raréfient fait que c’est désormais Metz, dans sa globalité, qui est recherchée. Le quartier des Coteaux et les communes avoisinantes (Le Ban Saint-Martin, Plappeville, Scy-Chazelles) sont toutefois très demandés. Le Sud de Metz est également très prisé, notamment autour de Marly et de Saint-Julien-lès-Metz. Enfin, l’hyper-centre de Metz ainsi que les quartiers Queuleu et Sainte-Thérèse restent des valeurs sûres.

Dans votre ville, si un bien ne présente pas de défauts et qu’il est présenté au prix du marché, en combien de temps peut-il se vendre ?

Il peut se vendre le jour même ! Aujourd’hui, le marché de l’immobilier messin est ultra-tendu et les acquéreurs y sont beaucoup plus nombreux que les vendeurs. En conséquence de quoi, les délais de vente n’ont jamais été aussi courts. À peine ai-je rentré un bien qu’il est déjà vendu !

Si mon budget ne me permet pas d’acheter dans Metz, vers quelles communes puis-je orienter ma recherche immobilière ?

En prospectant dans des communes comme Solgne (à 24 km de Metz, Ndlr) ou encore Delme (35 km de Metz), au Sud de Metz. Dans cette commune, il est possible de trouver une maison pour un prix oscillant entre 220 000 et 240 000 €. En revanche, au Nord de Metz, la proximité du Luxembourg fait que les travailleurs frontaliers disposant d’un pouvoir d’achat immobilier plus important, les prix des logements sont conséquemment plus élevés.

Comment le marché immobilier messin pourrait-il évoluer ?

Je n’ai pas de boule de cristal mais j'appelle de mes voeux une remontée du niveau de l’offre ainsi qu'une auto-régulation du marché de l'immobilier messin. Il serait catastrophique que la pénurie s’installe et que les prix continuent d’augmenter.

Image portrait
Image
Cédric Lavaud, Directeur de service transaction achat-vente et promotion immobilière chez Sorec et président de la Chambre FNAIM de Moselle.
Sorec, 11 rue des Robert, 57000 Metz
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

A la une !