« Strasbourg attire des Franciliens, des Luxembourgeois et des frontaliers »

14 fév 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Le marché immobilier de Strasbourg est en pleine effervescence. Les ventes se font rapidement et les acquéreurs - qu'ils soient locaux, extra-régionaux ou étrangers - affluent de plus en plus nombreux. Nolwenn Preuss, directrice des ventes Immoval et Dorian Schwartz, décrivent une ville attractive.

Image
Toutes les typologies de biens sont demandées à Strasbourg. © Eva Bocek
Toutes les typologies de biens sont demandées à Strasbourg. © Eva Bocek

Que dire du marché de l'immobilier strasbourgeois ?

Si l’on se réfère aux données de 2021, le marché immobilier se porte très bien. A Strasbourg comme au niveau national, l'année passée était une année record en termes de nombre de transactions, et nous sommes sur un plateau haut.

Quel est votre avis sur ce début d’année ?

Pour l’instant, les indicateurs du mois de janvier sont au vert et annoncent une poursuite de l’année 2021. Nous avons cependant tendance à rester prudents car 2022 est une année électorale et qu’à ce titre, le marché immobilier pourrait marquer une rupture. Nous observons d’ailleurs un début de stabilisation. Pour autant, le marché immobilier se porte très bien.

Quelle est la typologie de biens la plus demandée actuellement ?

On relève une certaine continuité. Les acquéreurs recherchent principalement du confort. Le bien-être est un facteur primordial, qui s’explique, notamment, par la généralisation du télétravail. Ils ont l’occasion de profiter davantage de leur logement depuis la crise sanitaire et de ce fait, ils aspirent à un logement plus adapté et confortable.

« Le marché immobilier à Strasbourg étant en pleine expansion, il est nécessaire d’être accompagné par un professionnel »

Avez-vous observé une demande accrue d’espaces extérieurs ?

Pas nécessairement, cela dépend vraiment des secteurs. En réalité, actuellement, nos acquéreurs recherchent surtout un logement plus grand, plus d’espace, une pièce supplémentaire pour pouvoir travailler. Les critères en termes de présence d’un espace extérieur sont restés plus ou moins les mêmes qu’avant, à savoir que l’espace extérieur est un plus, mais il n’y a pas, pour autant, une typologie de bien plus recherchée qu’une autre.

Le prix de l'immobilier strasbourgeois a-t-il augmenté ?

Oui, avec le déséquilibre entre l’offre et la demande, les prix ont fatalement augmenté. Le marché immobilier est tendu et malgré un début de stabilisation, nous relevons quand-même plus de demandes que d’offres.

La demande porte-t-elle aussi sur de la résidence secondaire et de l'investissement locatif ?

Oui, nous recevons ce type de demandes, mais contrairement à ce que nous pouvons entendre, le dynamisme du marché immobilier n’est pas nécessairement lié à la crise sanitaire. Strasbourg, par exemple, est une ville très attractive qui le serait restée sans crise sanitaire. Nous n’avons donc pas qu’une cible de résidences principales.

Le prix immobilier à Strasbourg est de 3 565 €/m².

La demande est-elle essentiellement locale ?

Oui en grande partie, mais ce qui a pu changer depuis quelque temps, c’est une demande accrue provenant de Franciliens, de Luxembourgeois et de frontaliers, qui investissent à Strasbourg parce que la ville est attractive et que les prix demeurent raisonnables pour une ville de cette ampleur. La ville est dynamique et elle a beaucoup d’atouts. Elle évolue, elle est régulièrement restaurée, elle concentre de nombreux commerces, des grandes écoles, elle abrite le TGV, etc.

Y a-t-il des secteurs de Strasbourg plus prisés que d’autres ?

Nous avons toujours le triptyque hypercentre, Contades, Orangerie pour lesquels la demande est très forte et pour lesquels les biens sont plus rares. Par la force des choses et à l’image de l’Île-de-France avec Paris, les prix ayant beaucoup augmenté, on observe un marché de report avec des quartiers qui émergent. C’était le cas il y a quelques années avec le quartier de Neudorf et cela devient le cas avec Cronenbourg et les quartiers plus excentrés. Les acquéreurs doivent faire des concessions à cause du budget.

S’il est au prix du marché, en combien de temps se vend un bien ?

Très rapidement, d’autant que nous travaillons essentiellement à partir d’un fichier d’acquéreurs qui sont en recherche d’un bien. Un bien au prix part avant même d’être publié car il trouve preneur à travers notre relance fichier d’où l’intérêt pour les acquéreurs de venir nous rencontrer, car les annonces qu’ils trouvent ne sont pas représentatives de l’ensemble de l’offre. Presque un bien sur deux est vendu « off-market », il est donc essentiel de pousser la porte de l’agence pour avoir accès aux biens qui ne sont pas publiés.

Image portrait
Image
Nolwenn Preuss Immoval
Nolwenn Preuss
Immoval Paix, 22 avenue de la Paix, 67000 Starsbourg
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils

A la une !